Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2014

être

catherine renée lebouleux.jpg

- Photo Catherine Renée Lebouleux -

 

 

C’est quoi, « être », au juste ?  Ce qu’on attend que tu sois, la famille, les autres, l’état ? Ou ce que tu penses devoir être, pouvoir être, avoir à être ? To be or not to be ! Est-ce une manière de faire, une manière d’être, une façon de procéder, ou une conscience ? Agir, faire, créer, écrire, produire, cuisiner, procréer, aimer, anticiper, penser, façonner, fantasmer… Verbes illimités. Ce n’est pas aisé d’exister, pas plus que d’être, pourtant c’est une donnée. Nous sommes là, à nous de faire de ce « là » une envolée…

 

 

04/07/2014

Le souffle des ressacs

IMG_6447.jpg

 

" Les mots chantent

D'avoir retrouvé

Leurs branches lumineuses."

 

- Mokhtar El Amraoui -

 

Comme chaque matin je reçois une tonne de courrier, des factures surtout, des rappels à l’ordre, des publicités de toutes sorte, et en ce moment pléthore d’invitations pour le salon du prêt à porter qui a lieu ce week-end à Paris. Au milieu de toute cette paperasse qui me donne des suées froides, j’ai le bonheur de remuer une enveloppe différente des autres, adresse manuscrite, expéditeur enchanteur, vignette lointaine. Oh ! Serait-ce ne dernier recueil de mon ami Mokhtar ? Oui, c’est lui ! Je frémis de plaisir. J’ouvre au hasard et je tombe sur le court poème de la page 109 : Souffle…

 

" Donne à la glaise des mots

Leur souffle de crépuscule

Et à tes mains leurs aile des jours. "

 

Je me régale. Je lis avec émotion la dédicace, et murmure à mon doux poète : oui, il me plait beaucoup ton nouveau bébé… Je décide alors de continuer, au fond la poésie est faite pour adoucir nos jours aussi, pour nous emmener, pour nous faire rêver… Là, à nouveau, page 71, j’en ai des frissons dans le dos avec son : Ton souffle, tes pas !

 

" Ton souffle, tes pas

Et toutes ces étoiles d’ombres

Que sème ton corps éclairé

Au silence du vent

Qui écoute la flûte des mers

Le bercer de tes fleurs Semées dans les paumes chaudes de tes rêves !

 

Ton souffle, tes pas !

Un papillon enivré par son butin de lèvres

Et un soleil qui joue aux damiers des ombres !

 

Ton souffle, tes pas !

Et une belle rosée de souvenirs

Parfumée à l’envol de nos jours à venir ! " 

 

Oh ! Comme c’est beau.

J’appelle Mokhtar pour le remercier de tant de grâces… On ne s’est pas parlé depuis fort longtemps, pourtant on retrouve instantanément cette complicité qui nous est chère… rosée de souvenirs…

Merci bel ami d’enchanter ainsi notre existence et longue vie au Souffle des ressacs qui emporte comme ces étoiles ivres qui s’embarquent par milliers dans ta chevelure nocturne offerte au vent ! (Offrande p :92)

 

  

23/06/2014

Lee Jeffries

 

lj-2.jpg

 

 

portraits-of-the-homeless-lee-jeffries-1.jpg

 

 

LeeJeffries41.jpg

 

 

portraits-of-the-homeless-lee-jeffries-9.jpg

 

 

6002869467_56e8d88c2d_b.jpg

 

 

 

" Ce que la voix peut cacher, le regard le livre. "

- Georges Bernanos -

 

 

 

15/06/2014

Portes du Maroc

 

 

14/06/2014

Les rêves

 

Le visage de ceux qu’on n’aime pas encor
Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves
Et va s’illuminant sur de pâles décors
Dans un argentement de lune qui se lève.

Il flotte du divin aux grâces de leur corps
Leur regard est intense et leur bouche attentive ;
Il semble qu’ils aient vu les jardins de la mort
Et que plus rien en eux de réel ne survive.

La furtive douceur de leur avènement
Enjôle nos désirs à leurs vouloirs propices,
Nous pressentons en eux d’impérieux amants
Venus pour nous afin que le sort s’accomplisse ;

Ils ont des gestes lents, doux et silencieux,
Notre vie uniment vers leur attente afflue :
Il semble que les corps s’unissent par les yeux
Et que les âmes sont des pages qu’on a lues.

Le mystère s’exalte aux sourdines des voix,
À l’énigme des yeux, au trouble du sourire,
À la grande pitié qui nous vient quelquefois
De leur regard, qui s’imprécise et se retire…

Ce sont des frôlements dont on ne peut guérir,
Où l’on se sent le cœur trop las pour se défendre,
Où l’âme est triste ainsi qu’au moment de mourir ;
Ce sont des unions lamentables et tendres…

Et ceux-là resteront, quand le rêve aura fui,
Mystérieusement les élus du mensonge,
Ceux à qui nous aurons, dans le secret des nuits,
Offert nos lèvres d’ombre, ouvert nos bras de songe.

 

- Anna de Noailles - ("Le cœur innombrable" – 1901)

 
 
 
 

13/06/2014

Nue

ozartsetc_alex-kanevsky_peinture_painting_09-e1342545099234.jpg

- Alex Kanevsky -

 

Je suis partie quelques jours sous le soleil du midi, à Fréjus, ça sentait bon le pin et la lumière. Il fallait remettre d’aplomb le jardin du mobilhome de famille qui avait pendant une absence de plus de huit mois un tantinet pris des libertés et manqué d’arrosage. Dans le Domaine du Pin de La Lègue, c’est le nom de l’endroit où pendant près de cinquante ans mes beaux-parents ont passé leurs vacances, on vit en communion directe avec la nature. Une sorte de vie à la Robinson Crusoé améliorée. On passe le plus clair de son temps dehors pour tout : la cuisine, la toilette, les repas, les courses, la sieste, la lecture, l’apéro, l’écriture, la conversation, le jardinage, la rêverie, il n’y a que la nuit qu’on entre à l’intérieur de la caravane pour se mettre dans un grand lit. Chaque fois que j’y ai passé quelques jours en tout petit comité, j’ai remarqué à quel point c’était bon de pouvoir être nue. Comme la douche est extérieure et qu’on est à l’abri des regards, protégé par une végétation généreuse, et que je sais que je suis plutôt seule, j’aime avoir ce contact avec l’air dans le plus simple appareil. Je ne saurais dire pourquoi ça me fait cet effet là, mais la sensation de bien-être est intense. Il fait soleil, chaud, une petite brise caresse ma peau, l’eau participe à cet étonnant moment de symbiose, je me sens débarrassée de tout, à l’état sauvage, tout me semble possible, tout me semble simple, tout me semble superflu sauf cette sensation intense d’existence.

J’ai été élevée dans la peur du corps. Ce n’était pas de la pudeur, c’était plutôt une grande méfiance, comme s’il y avait danger (et il y avait danger). La sensation de sa nudité était interdite, alors progressivement on oublie qu’elle existe, et on oublie d’en profiter… Chaque fois que je retrouve cette sensation, la peau en émoi, j’aime ça et je mesure le chemin parcouru. Je me sens libre, je me sens prête, je me sens humaine.

Je suis émue, nue.

 

 

28/05/2014

Rachael Lander

 

 

10/05/2014

Dan Mc Caw

218985_464507143580647_1414064103_o.jpg

mccaw-dan-waiting-12x9-oil-2900_lg.jpg

art,peinture,découverte,émotion,partage,humain

IreviseMG_5022hn.jpg

58.  Dan McCaw..  61x46cm  o-b   $8500.00.jpg

- Toiles de Dan Mc Caw -

 

 

" Échapper au soi solidifié. Le liquéfier, le gazéifier, le disperser aux milles vents."

- Felwine Sarr - 

 

 

09/05/2014

Miel et cendres

 

26/04/2014

Wouahou !

 

 

25/04/2014

Barbara Hepworth

Si j'avais dû être sculpteur, j'aurais aimé être cette femme là. Ces sculptures me donnent un frisson rare et j'aime sa manière non seulement de les créer mais de les entourer...

 

50544745_166129b.jpg

hep2_1899901b.jpg

Barbara-Hepworth-006-1.jpg

T06676_10.jpg

mw16769.jpg

3-Conrad.Shawcross.jpg

Hepworth_FamilyOfMan_1970.jpg

Sphere-with-Inner-Form-1963.jpg

hepworth-pierced-hemisphere-1000px.jpg

 

 

 

On vient à peine de commencer

 

 

Blue

Carla Sa Fernandes.jpg

 

 

11:01 Publié dans art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, peinture, blue, émotion, partage, humain

21/04/2014

Grand ménage

Wafrica_Serge_Mouangue.jpg

- Kimono et photo Serge Mouangue -

 

Ce week-end de Pâques, j’ai entrepris un grand rangement d’une petite pièce jouxtant la chambre des enfants où s’entassent le linge propre et le linge sale, les draps, les serviettes de bains, da plage, de table, une caisse de chaussettes dépareillées et tout un fatras de vêtements divers en attente de repassage. Le départ de mon fils aîné qui s’est installé avec sa douce a libéré sa chambre alors j’ai pu dans un grand élan tout passer d’une pièce à l’autre pour faire un grand tri… Il faut dire que ça fait au moins cinq ans que je n’avais pas mis les pieds à fond dans cette pièce, les enfants sont grands maintenant et chacun fait lui même sa petite lessive, quant à moi, j’y faisais un passage éclair une fois par semaine pour le linge de maison et mes effets personnels sans jamais trop m'y attarder. J’ai fait alors des découvertes au milieu des piles s’accumulant de tissus froissés :

Un kimono en soie rebrodé que m’avait offert un vieil ami architecte il y a une vingtaine d’années, j’en avais complètement oublié la couleur. A sa vue j’ai été très émue, je me suis souvenue des longues discussions poétiques que nous avions autour d’un thé vert, je me suis souvenue de ce disque d'Erik Satie qu’il passait en boucle et puis de son parfum si subtil; c’était et c’est toujours un homme sensible mais je l’ai perdu de vue … Il faudrait peut-être que je me mette en quête de savoir ce qu’il est devenu, je pourrais lui envoyer une photo du kimono qui est toujours aussi étonnant de beauté et de raffinement.

Une paire de petits chaussons rayés bleu et blanc bien usagée, elle avait appartenu à mon cadet qui n’avait jamais voulu à l’époque les jeter. Il tenait beaucoup à ses petites affaires. Il était très soigneux. Quand je vois maintenant le chambard dans sa chambre, je me dis que les temps ont changé !

Et enfoui en dessous d’une montagne de torchons, un petit carnet noir. Que pouvait donc bien faire mon petit carnet noir au milieu de tout ça. Et pourquoi n’avais-je jamais cherché à savoir où et pourquoi ce petit carnet noir avait disparu de mon espace ? Et qui avait placé ce petit carnet noir à cet endroit improbable ? Tout en me posant ces questions, j’ai ouvert le carnet noirci de citations. Et j’ai lu, en souriant ce que j’y avais inscrit, ce qui à l’époque me remuait, m’interpellait, me donnait à penser. Pas de date, impossible de me souvenir quel âge avait ce carnet. " Les nuits passées avec toi sont ces fragments de liège qui me soutiennent à la surface de la vie ", " Quand j’aime, mon sentiment est une inondation qui s’épanche tout à l’entour ", " Chacun de nous a sa lutte à soutenir contre son éparpillement particulier "  et celle-là, que j'ai soulignée : " Vivre signifie être conscient, joyeusement jusqu’à l’ébriété ". Je crois bien être restée deux bonnes heures à relire et sourire et ressentir. J’ai été surprise de voir à quel point tout ce que j’avais noté et recueilli dans ce carnet, avec bien sûr le nom de chacun des auteurs - Montherlant, Flaubert, Sachs, Henri Miller - avait sur moi toujours le même effet. Je n’avais donc pas tant changé... Mais diable que faisait cet objet dans cet endroit alors qu’il n’aurait jamais dû me quitter et comment avais-je pu vivre sans pendant toutes ces années ?

J’ai cessé d’y penser, j’ai continué à ranger, à plier, à laver, à repasser, à remuer, à étendre, les mains occupées, le corps à l’ouvrage mais l’esprit en remue-méninges. Me revenaient en mémoire tous ces livres que j’avais lus et qui avaient fait mon bonheur, touts ces mots qui ont dansé et dansent et toutes ces émotions intenses à leur découverte. C’est bon de faire des grands ménages de printemps !

 

20/04/2014

Fanny Nushka Moreaux

10259432_240965889438161_1158517481001273236_n.jpg

394274-12864881-7.jpg

 

Pour Nushka

« Chloé, dit-elle, toi, l’image, approche » ; Chloé, Vera, Lou ou Claire, n’ont de cesse de revenir en mémoire à chaque montée d’escaliers. Ces exclamants fantomatiques, à la peau de cire, qui tendent une main ont pourtant le regard rempli de soupçons. Entre postures fantomatiques et tournures d’anges, d’où viennent ces corps, ces traits étoilés, ces grains d’harmonie. Nushka leur offre des marches, des escaliers, des draps, des chaises, des pierres et des poutres, pour les faire tourner, prendre soin d’eux, les mettre en avant, les renverser. Ils volent mais elle ne les regarde plus qu’en tant qu’énigmes de la vie moderne, Lucian Freud n’ayant pas tout résumé. Mais nous sommes à Paris, et ces escaliers sont stendhaliens, ils grimpent jusqu’aux nuages, entrent dans une peinture sourdante d’un lieu sous terre – écho du monde social d’Orphée – sur des tableaux désarmants, une réalisation pulsionnelle qui enlève, frappe, saisit ; c’est un labyrinthe de peintures naissant, une matrice inamovible formalisée en un palladium de trois volontés : hostinato rigore, douceur, légèreté. Jenny Saville, à Oxford, nomme aussi la fabrication d’une œuvre d’un terme étrange avant de laisser chacun s’exclamer: les belles choses, les désarmantes, se font sans tenir de compte ; et ces lambeaux d’étoiles de Nushka, de tissus et de peaux, côtoyant un si fort besoin de tracer et de scier le temps, transportés de toits en toits, donnent mille feux à une œuvre qui montre, pas à pas, d’une beauté irisée, ce que peut la peinture : former le désir au goût de l’éternité.

- Jeremy Mercier, 8 juillet 2012, Oxford -

 

394274-12816103-7.jpg

1ab344a1630afd4b3b0d4b9a430b9f16.jpg

 

Nushka est née en 1983, elle vit et peint à Paris.

Diplomée de Sciences Po, puis d’HEC en juin 2010, Nushka peint depuis plus de dix ans. C’est le patrimoine et la culture qui ont attiré Nushka à Science Po, le management culturel qui l’ont conduit à HEC. Nushka considère en effet que la création est un tout, le résultat d’un savoir multi-facette. D’où sa soif d’apprendre, partout, n’importe où.

C’est au côté de trois peintres qu’elle a appris la peinture et le dessin : le peintre américain Zawacky lui a d’abord enseigné l’art du trait à Detroit. Maggie Siner l’a ensuite acceptée à ses côtés pour lui apprendre la mécanique des couleurs. Nushka la considère encore comme son mentor et entretient avec elle une relation forte d’élève à maître.

De retour à Paris, elle rencontre la peintre Hashpa qui lui enseigne la sensualité du modèle et l’art délicat de la composition.

C’est pourquoi la peinture de Nushka allie une maîtrise technique et un style, des sujets des plus modernes. Son pinceau mêle harmonieusement inspirations américaines et européennes, une dualité qui sous-tend l’originalité de son travail.

 

394274-12142996-7.jpg

8510af23f0b330e3642df27e3b03879f.jpg

 

  

18/04/2014

Sans paroles

 

 

22/03/2014

La chanson des vieux amants

 

 

18/03/2014

Lou Ros

 

1660753_739657556044313_1772243281_n.jpg

" Le trait vivant et vibrant au lieu du beau trait net et droit."

- Lou Ros -

 

1385073_679837765359626_1331437612_n.jpg

1234151_671125519564184_564695726_n.jpg

Rendre compte de la peinture de Lou Ros implique nécessairement le passage par la reconnaissance de sa proximité avec ceux qui viennent avant : de Bacon à Jenny Saville, ces visionnaires de la chair. Jeune peintre (né en 1984) Lou Ros a commencé sa pratique dans la rue. Mais très vite, le graff, rapide, éphémère et spontané, laisse place à des œuvres plus élaborées et plus construites. Très vite aussi, le corps émerge comme sujet premier de toiles dont le sens, et c’est une constante dans son travail, est moins dans le propos, le thème abordé, que dans la capacité qu’a la matière peinte à rendre compte des palpitations du réel.

 

1239787_662145887128814_356679177_n.jpg

1798442_752119411464794_893951953_n.jpg

 

De l’autoportrait à l’autre portrait.

« Le propre d’une face, c’est bien sûr de se tenir en face de nous. C’est, aussi, de faire du face-à-face une relation de regard. Point n’est besoin de voir distinctement un faciès, une physionomie, des traits, pour qu’une face nous regarde, pour que sa distance nous affecte et nous touche. Il suffit pour cela que nous prêtions à ce qui nous fait face le pouvoir de nous rendre un regard, le pouvoir de lever les yeux sur nous. »

Extrait de « La ressemblance par contact » de Georges DIDI-HUBERMAN

 

art,peinture,découverte,émotion,partage,humain

 - Lou Ros -

 

art,peinture,découverte,émotion,partage,humain

art,peinture,découverte,émotion,partage,humain

 

 

art,peinture,découverte,émotion,partage,humain 

 

 

10/03/2014

Domenico Grenci

96b81509083425461c063527edba5261.jpg

domenico-grenci-memorie-2009.jpg

domenico-grenci-senza-titolo-2009.jpg

 

05/03/2014

A la croisée des chemins...

1888579_729599303728096_1378322939_n.jpg