Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2014

Ceci est mon corps

Dimanche 21, c'est la journée mondiale de l'orgasme, alors une petite révision ne fait pas de mal !! :-)

 

 

 

18/12/2014

Femme-paysage

 

« Il y a deux sortes de femmes. La femme-bibelot que l'on peut manier, manipuler, embrasser du regard, et qui est l'ornement d'une vie d'homme. Et la femme-paysage. Celle-là, on la visite, on s'y engage, on risque de s'y perdre».

- Michel Tournier -

 

 

18/06/2013

Pluie de soleil

exercice de style,écriture,art,peinture,érotisme,pluie,émotion,partage,humain

- Klimt - Eaux mouvantes -


C'était un jour d'été. Les champs de lavande s'étalaient à perte de vue. Je m'étais allongé au milieu de l'un d'eux, admirant le ciel et pensant à elle. Elle, que je venais d'apercevoir nue, offrant son long corps souple à l'ondée frémissante qui venait de s'abattre sur la campagne en fleurs. Elle était apparue comme par magie au bout de mon regard. Elle semblait rêveuse et agitée d'une tendresse vibrante. Quand le ciel lâcha d'un coup ses eaux sonores, elle quitta sa robe noire et se déchaussa doucement, pris la peine d'ôter ses sous-vêtements et, le corps nu, entama une danse sensuelle avec les gouttes de pluie glissant sur elle comme la couleur sur un papier d'aquarelle. J'aurais voulu être cette pluie, goûtant ainsi le parfum de ses pores, m'immisçant dans ses cheveux ardents, coulant le long de sa nuque altière, ruisselant sur toute la surface de sa chair. A ce moment, tout moi était en elle, j'étais comme pris d'une passion subite et d'un désir érotique insensé. La pluie s'arrêta net. La magie, elle, continua d'opérer. Ma lady Chatterley se rhabilla, apaisée et sereine et reprit son chemin les chaussures à la main. Le soleil, royal, retrouva toute sa place. L'ondée fut brève et chaude comme une douche dorée. Je laissais alors mon esprit fantasmer sur cet être fou et délicieux qu'il venait de croiser.


C'était un jour d'été, j'errais parmi les lavandes, l'âme en fleur. Je me sentais printanière et précisément prête à éclore et à exprimer ce que mon corps avait à dire. C'était une sensation étrange, profonde, violente et sourde en moi qui ne demandait qu'à sortir. La pluie se mit à tomber, drue, presque chaude, soudaine, puissante. Je n'ai pas réfléchi, je me suis dévêtue et nue, je me suis lovée en elle. Je sentais tout mon être frémir, s'offrir à l'humide, se désaltérer. Et j'ai commencé à danser ne me souciant plus de rien. J'étais bien. J'ai pensé à cette scène sous la pluie du roman de Lawrence que j'avais tant aimé adolescente, j'ai pensé à toutes mes frustrations accumulées, j'ai pensé à la vie, au plaisir, à l'amour, à l'envie d'être libre, fascinée, emportée. J'ai goûté avec une joie manifeste à l'eau vive sur ma peau, j'ai fait l'amour avec le ciel, j'étais dans un état second. L'ondée fut brève, la douche dorée s'arrêta d'un seul coup, je me sentais lavée et en paix. J'étais sereine et habitée par moi-même. Je m'aimais. Je me suis rhabillée et j'ai repris ma route, pleine, rassasiée et confiante. Jamais plus je ne serai celle que j'étais. 


Pluie de soleil. Sun Shower Power.

 

09/06/2013

Eclairs muets dans un ciel d'orage d'été

coup-foudre-242882.jpg

 

 
Cette rencontre fortuite allait, à jamais, changer le cours de ma vie. Debout devant elle, les jambes flageolantes, je vivais un rêve éveillé. Elles resplendissait. Sa crinière dans le vent, son long corps souple dans l'espace, sa bouche gourmande dans l'air et surtout son regard dans lequel je perdais déjà mon âme avant même qu'il ne croise le mien. Je n'osais croire à un tel délicieux supplice. J'en pleurais de joie, des papillons dans le ventre. Eclairs muets dans un ciel d'orage d'été, mes pensées n'eurent dès lors plus qu'une image, celle de sa présence femelle et de mon amour désirant d'elle, déjà à son firmament.
 
 
 
 
 

02/06/2013

Eros

Je suis là, alanguie, tentant d'offrir mon grand corps au soleil, le Saumur-Champigny fait son effet, mes neurones se détendent, mon esprit se défait, lâche prise, s'enfonce dans les bienfaits des vapeurs d'alcool. Mes pensées sont érotiques, terriblement, diablement, sensiblement érotiques. Maman se faisait lécher le sexe par notre chienne et affirmait que le sexe était mauvais. Papa, abusait de ses filles tout en disant être parfait. Comment alors ne pas être tourmentée. Ne pas avoir en tête des images insensées. En ce moment elles se bousculent et je les laisse venir, j'en suis presque à les désirer. Parce que je me libère. Parce que je ne veux plus avoir peur, je ne veux plus penser être mauvaise, je veux vivre mon corps, mon esprit et mon coeur comme je le désire, comme je le veux, comme ça me monte et m'envahit. Ce qu'on apelle le démon de midi n'est autre qu'un besoin insensé et réel d'être. Le sexe effraie parce qu'il révèle. Et il attire parce qu'il est source de plaisir et de vie. L'encre coule à ce sujet, la poèsie s'anime et les esprits s'échauffent. Je me délecte de découvrir qu'après tout ce parcours, il m'est permis de goûter à ce dessert interdit, ce révélateur, ce fabuleux vecteur, ce blanc-seing à soi-même. Je vis un grand bonheur. Celui d'être à mon sexe, celui d'être à ma vie.

 

05/05/2013

Jack Vettriano

vettriano1208920244.jpg

Temptress_Holding.jpg

Jack quitte l'école à 16 ans et devient apprenti (ingénieur des mines), mais s'adonne à la peinture durant ses loisirs. Ses premières toiles sont des copies de tableaux impressionnistes (dont Claude Monet).

Vettriano devient célèbre en 1988 quand il expose deux toiles à l'exposition annuelle de la Royal Academy d'Écosse : ces deux toiles se vendent le premier jour et plusieurs galeries se proposent de vendre ses œuvres. Le succès contribue à casser son premier mariage et il déménage à Édimbourg, changeant son nom en Vettriano (nom de jeune fille de sa mère). Suivent des expositions couronnées de succès à Édimbourg, Londres, Hong Kong, Johannesburg et New York. Ses peintures rappellent le genre film noir, avec des touches de romantisme et parfois d'érotisme.

Bien que son style soit jugé vulgaire et sans imagination par certains critiques d'art, c'est l'un des artistes les plus en vue sur le marché de l'Art.

Still Dreaming.jpg


En octobre 2005, on a découvert que certains personnages des peintures de Vettriano (dont The Singing Butler) étaient inspirés d'un manuel de référence pour artiste The Illustrator's Figure Reference Manual. Cette révélation a quelque peu terni la réputation de Vettriano, bien qu'il n'ait jamais nié être autodidacte (il n'avait pas les moyens de rémunérer des modèles).

Vettriano a des studios en Écosse et à Londres. Représenté par la Galerie Portland à Londres de 1994 à 2007, il a désormais son propre site d'internet. Jack Nicholson et Terence Conran figurent parmi ses plus grands collectionneurs.

En 2003, il a été fait Officer de l'Ordre de l'Empire britannique. (source Wiki)

 

not-identified-3-836x1024.jpg

e8b6fc99.jpg

Ce côté glamour, réaliste, à la Hopper, j'aime. Ces femmes fatales, félines, féminines et langoureuses, ça me parle, ça me fascine, j'aime, j'aimerai toujours cette image "gilda", elle m'énergise. Pourtant, je sais que ça peut paraître caricatural. Mais l'idée de la femme, femme, fière et heureuse de l'être, animale, sensuelle, sûre d'être, c'est pour moi le chemin de la liberté de la féminité. J'aime plaire, j'aime être désirée et j'aime, bien plus que plus jeune, être femme. Chez Vettriano, l'ambiance invite au plaisir et sa peinture "érostisitique" invite à se donner. Comment dire. C''est si fabuleux d'être femme, comment ne pas en profiter?

Jack-Vettriano-Beautiful-Losers-I-66133.jpg

Vettriano.jpg

Painting-Jack-Vettriano.jpg

 

18/01/2011

du plaisir

 

1121432234.jpg

 

" Seul le battement à l'unisson du sexe et du coeur peut créer l'extase."

- Anaïs Nin -

 

06/12/2010

sa voix

Sa voix m'enveloppe de mots touchants murmurés à voix basse, son timbre intime résonne à mon oreille comme une mélodie nourrissant, intense, mon imaginaire. Elle m'emplit de frissons indolores et de caresses chaudes et m'emporte vers des horizons flous, des contrées foisonnantes, des rêves insensés, elle m'enlace m'interpelle me révèle me séduit m'inspire. Sa voix me fait jouir quand elle me dit je t'aime, quand elle me glisse je te désire, quand elle poétise je te chéris plus que tout et même au-delà même. J'aime quand sa voix parfumée et profonde me prend ainsi, quand elle me fait l'amour et puis quand elle soupire, vibrante, en écho à la mienne...

 

18/11/2010

J'ai tant contemplé

désir.jpg

- Musée d'art contemporain, Montréal -

 

 

J’ai tant contemplé la beauté
Que mes yeux en sont tout emplis.

Lignes du corps. Lèvres vermeilles. Membres voluptueux.
Chevelures dérobées à des statues grecques,
Toujours belles, même en désordre
Et retombant, un peu, sur des fronts blancs.
Visages de l’amour, tels que les désirait
Ma poésie…Secrètement rencontrés
Durant les nuits de ma jeunesse, durant mes nuits.

 

- Constantin Cavafis - Jours anciens -

 


25/06/2010

ressenti

 

Je suis toujours extrêmement touchée émue troublée quand l'homme aimé et aimant jouit en moi, pas de l'ordre du disible ni de l'écrivable une sorte de quintessence dans l'extase comme si j'approchais de l'essence de la vie même, pénétrant et puissant...

 

 

24/02/2010

Éloge de la caresse

 

caresse.jpg

 

 

 

" Mes mains m'étonnent. Sereines devant l'étoffe, le bois, le cuir, les voici gagnées d'une fièvre, d'une détresse de bête captive tirant sur son attache. Je les vois, devançant tout geste, voleter autour de cette femme, s'affoler de ce qui s'offre à elles et, de dépit, rêver de ravages.

Maints mouvements dans l'instant les traversent, se combattent, renoncent, renaissent - et tant de désordre et de désarroi me laissent interdit. Qu'est-ce qui les requiert ainsi? A quel invincible attraction cèdent-elles? Que signifie tant de hâte? Et pourquoi cet assombrissement de la pièce?

Mais si ces mains m'avaient seulement précédé en esprit? Si l'être entier s'engageait à leur suite, déjà s'inclinant comme l'arbre sous la cognée? Toucher, il faut toucher. Toucher rejoint, dans l'inéluctable, le fil des fleuves, la course des astres."

 

- François Solesmes -

 

 

 

 

11/01/2010

Ça.

1834.jpg

 

Quand je suis sur ça,
mon plaisir ne peut se comprendre.
Et, ma foi, sans ça,
que pourrais-je faire de ça.
J'aime assez m'y reprendre,
pour arriver encore à ça?
Afin de mieux m'étendre
sur ce beau sujet là,
Ah ! Que j'aime ça !
Ce mot me plaît à la folie;
il semble déjà
Que je suis à même de ça.

Gaudriole de 1834 -

 

 

 

05/11/2009

Le corset

 

Histoire-de-Corset.jpg
sieff-jeanloup-le-corset-5800002.jpg
medium_horst_-_Harmonie.jpg
brassai-3bmp-4.jpg
.
.
.

 

 

 

23/07/2009

Ô


 

 

Je lui pique, en espérant qu'il ne m'en voudra pas, subtil et subliminal, oui, à savourer sans le son, c'est encore meilleur!

 

 


 

17/07/2009

en aparté

 

2029209723.jpg

 

Pas une journée ordinaire, l'ambiance latente à la jouissance, même l'air caresse les sens dans le sens du poil ...Toute pores ouverts toute à fleur de peau toute offerte je t'attends.Tu entres je ne sais comment mes narines avalent de suite ton odeur de mâle désirant, tu me pénétres derechef glissante huile amandée de t'avoir attendue, lubrifiée déja joui deux fois trois peut-être par la grâce du fantasme et la pression de mes doigts amis et fidèles fin limiers de mon intimité. "- Je te sens comme ta chatte est douce profonde ma belle ma douce cruelle et fière mon fourreau ma grotte mes ténébres ma lumière mienne. - Encore, prends moi encore plus fort astre je veux me fondre en toi goûter à ma perte à mon abandon." Deux jours et deux nuits davantage peut-être je ne sais plus, plus le souvenir du temps juste le tempo et l'extase."- Je t'aime.- Chutt!"

Son corps d'homme noué à mon corps femelle nous étions dans ce lien qui sublime la relation d'amour que les mots ne peuvent dessiner que par la poésie celle du ventre forgée au coeur et poncée aux frottements des âmes mêlant chairs et sueurs sexes et soupirs secrétions cris et pensées.

 

 

18/05/2009

sucettes ...


Alors , parfois le hasard provoque des étonnantes connexions. Il y a peu je parlais de ma petite soeur et quand j'entends cette chanson, je la revois sur scène chantant habillée en petite fille modèle genre comtesse de Ségur cette chanson en playback et toute la famille réunie pour l'applaudir, père et grand-père confondus, c'est étrange je me souviens de mon malaise face à sa robe à carreaux bleu et blanc, façon petite maison dans la prairie, et puis les rires plutôt gras dans la salle et aussi ce sourire si fier de ma mère, sa petite fille suçant ainsi devant tous et avec tant de candeur. Je n'ai jamais pu oublier, elle non plus avec le recul, nous n'étions pas dupes, et si jeunes. Elle est clown, aujourd'hui, et met en scène en one woman show, les monologues du vagin, pièce étonnante, parlant du sexe de la femme dans toutes les sortes de situations de sa vie. Je repense à tout ça et je suis si étonnée, elle le sait, de notre soif de vivre, et de vivre le sexe avec enthousiasme et fantaisie. Nous avons elle et moi un parcours si chaotique, et semé d'embûches et pourtant , je dois dire que nous avons, réussi à préserver une sorte de complicité au delà des mots, des non-dits et aussi des horreurs. Je t'aime petite soeur, je sais que tu le sais, et je sais aussi que je suis un peu trop souffre pour toi, trop directe du gauche, trop Rocky du langage et de l'image aussi.

mail.jpegTu sais, p'tite soeur, il est des choses que l'on nous a apprises toute petite, se tenir droite, manger avec des couverts, ne pas dire de gros mots, mettre les mains sur la table, ne pas péter, ni se gratter le nez, ne pas passer la langue, prier la sainte vierge avec ferveur, dire ses péchés pour se faire pardonner, baisser les yeux, être brillante, instruite, et toujours donner raison à sa maman, ne jamais se regarder le sexe, éviter les miroirs, le maquillage, et autres fantaisies si joyeusement féminines, avoir de l'endurance, le goût de l'effort et du travail bien fait, et se taire.

Comme de bien entendu, on ne parle pas la bouche pleine.

Maintenant, toi et moi avons fait un sacré bout de chemin, je sais que cela t'a été pénible et difficile quand je suis venue te chercher et te parler et t'instruire de toute cette histoire lourde et loin d'être sans suite et sans conséquence. Mais, on s'en est pas mal sorti tu sais! On est pas devenu ni toi, ni moi, bonnes soeurs, frigides ou folles. 

Je t'aime soeurette, même si tout à toujours été organisé de telle manière que cela soit difficile, tu sais le fameux diviser pour mieux régner.Et je suis si fière de tout ton parcours si courageux et âpre. 

Annie aime les sucettes, toi aussi et moi, c'est pas un secret, quoique je les préfère ... D'autres parfums ... Hum, là je risque bien d'être censurée!!

Pas facile de sourire de tout, pas facile de mettre de la légèreté dans la souffrance mais pas impossible non plus. Au contraire. Il y a toujours un moyen de voir le verre à moitié plein, et de le boire avec délice. 

Ne nous perdons pas de vue, ni de voix, ni de rien, OK! Love. Hélèna.

 

19/04/2009

histoire sans parole


10/04/2009

outre-tombe

Au "Père Lachaise".

 

 

270575998_c117ab685b.jpg
.
.
D'abord, c'est son visage qui l'inspira, vert de gris mais la bouche bronze le nez luisant le menton poli. La magie opérait, déjà elle sentait l'appel puissant de tous ces corps de femmes qui avaient de nuit le plus souvent sans doute, mais de jour aussi embrassé cet homme sculpté pour se porter chance en amour.
.
.
Dita_Mourth.jpg
.
.
Elle le prit à pleine bouche, comme aimantée tout en posant son corps délié sur toute la surface de métal pour en puiser la force sourde et la puissance. Elle faisait comme tant d'autres avant elle, chevauchait, s'exaltait, et faisait corps avec celui du gisant, électrisée.
.
.
270575990_7af9bcd507.jpg
.
.
Puis elle reprit du recul pour mieux admirer ce corps d'homme en plein désir, et là sentit tous ses sens chavirer, l'appel du plaisir, elle se jetait ayant perdu toute notion de temps et d'espace sur ce prince des ténèbres, frottant son sexe contre le sien dans des ondoiements langoureux,  sentant bruisser minette, comme en extase, transportée par son imaginaire vampirisé et touché par les vibrations de ce corps immobile et froid comme la mort elle-même. Là, elle jouit dans un râle sourd et silencieux, intériorisé, le coeur palpitant, le corps tremblant, l'esprit en feu et toute entière mise en appétit, ouverte, offerte.
.
.

 

 

 

 

Mais le plus insolite, et le plus étonnant encore dans cette fabuleuse histoire vraie du gisant de Victor Noir, c'est qu'elle me vient de Montréal, Christian Mistral me l'a contée tantôt. Moi, ici, Paris, France, pourtant une gourmande de l'insolite et de l'étrange, de la poésie de la vie , je l'ignorais. Et je l'ai trouvé fascinante, tant que je me suis rendue sur place pour voir la chose de mes propres yeux. En suis encore toute chaude...

 

 

 

 

 

14/03/2009

érotisme

 

" L'excitation est le fondement de l'érotisme, son énigme la plus profonde, son mot-clé."

- Milan Kundera -

 

eros--5-.jpg

 

 

En relais à la semaine érotique proposé par Coumarine , je vous propose un voyage dans ce site La venus littéraire et de lire ce manifeste érolithique ( Merci Mistral ) .Je ne peux oublier de vous encourager à consulter les cahiers d'Anne Archet , et le trés esthétique espace du mateurdart.

 


L'érotisme est un raffinement , une sublimation de l'amour charnel qui implique les sens mais aussi l'esprit et il se cultive . C'est un aboutissement , une élaboration qui demandent beaucoup de créativité , de connaissance , de curiosité et de liberté aussi . C'est un art à part entière à mon sens qui donne à la relation sexuelle une dimension spirituelle . Je me suis intéressée jeune à la littérature et à la poésie érotique , elles ont éveillées mes sens et m'ont permis sans doute de m'ouvrir à ma libido bien endommagée .

J'aime l'érotisme dans l'art aussi , dans la peinture et la photo qui a ce don de transcender les chairs et donner une dimension humaine au-delà des mots parfois qui me touche beaucoup , la musique et la tonalité d'une voix aussi peuvent-être érotiques et certaines odeurs . Le pouvoir érotique le plus puissant restant en premier lieu les mots qui  sans conteste arrivent à me faire chavirer jusqu'à la jouissance la plus intime. Ce fameux pouvoir des mots sur le mouvoir des peaux de Prévert est plus que jamais dans le domaine riche et sans limite de l'amour, inspiré.

 


d5152136l.jpg

Aimons, foutons, ce sont plaisirs

Qu'il ne faut pas que l'on sépare;
La jouissance et les désirs
Sont ce que l'âme a de plus rare.
D'un vit, d'un con et de deux cœurs,
Naît un accord plein de douceurs,
Que les dévots blâment sans cause.
Amarillis, pensez-y bien :
Aimer sans foutre est peu de chose
Foutre sans aimer ce n'est rien.

La Fontaine

 

 

 

" Je suis couchée de tout mon long sur son lit frais , il fait grand jour , je suis nue accroupie sur son visage façon royale de le récompenser .

Il peut ainsi de sa langue nicher ses rêves de poète et donner vie à son adoration . En hommage à ma féminité éblouie de sa force vive . "

LB

 

 

 

 

22/01/2009

"sexplorer"

Réponse à " Voyage "

Rodin-nu sur le dos.jpg

                       - Auguste Rodin -

 

Ainsi ce "voyage " pour certains d'entre vous est lié inconsciemment au sexe féminin , cela m'a surprise et puis aussi enthousiasmée ! Je pense sincèrement et le plus délicatement possible qu'il n'y a pas de plus grande traversée que celle-ci , l'union de deux sexes ... Pas de plus merveilleux voyage !

Je suis particulièrement sensible à vos commentaires et je reconnais que l'oeuvre choisie pour illustrer ce propos de Marcel Proust pouvait susciter des réactions étonnantes , l'origine du monde ! Je n'y avais pas pensé .... mais finalement , on naît d'un cri , d'un jaillissement , et la source n'est pas neutre puisqu'il est de sexe féminin , celui que tous , hommes et femmes confondus , on met des années à appréhender , à comprendre , à apprivoiser !

Source de vie , de plaisir et de souffrance aussi ... L'équation n'est pas des plus simple , le plaisir non plus , mais la volonté et le désir eux restent si vivaces ...

Le voyage en vaut la peine !