Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2014

L'air du large

 

poésie, musique, chanson, découverte, gaële, partage, humain


podcast

- Gaële -

 

 

 

 

 

Le souffle des ressacs

IMG_6447.jpg

 

" Les mots chantent

D'avoir retrouvé

Leurs branches lumineuses."

 

- Mokhtar El Amraoui -

 

Comme chaque matin je reçois une tonne de courrier, des factures surtout, des rappels à l’ordre, des publicités de toutes sorte, et en ce moment pléthore d’invitations pour le salon du prêt à porter qui a lieu ce week-end à Paris. Au milieu de toute cette paperasse qui me donne des suées froides, j’ai le bonheur de remuer une enveloppe différente des autres, adresse manuscrite, expéditeur enchanteur, vignette lointaine. Oh ! Serait-ce ne dernier recueil de mon ami Mokhtar ? Oui, c’est lui ! Je frémis de plaisir. J’ouvre au hasard et je tombe sur le court poème de la page 109 : Souffle…

 

" Donne à la glaise des mots

Leur souffle de crépuscule

Et à tes mains leurs aile des jours. "

 

Je me régale. Je lis avec émotion la dédicace, et murmure à mon doux poète : oui, il me plait beaucoup ton nouveau bébé… Je décide alors de continuer, au fond la poésie est faite pour adoucir nos jours aussi, pour nous emmener, pour nous faire rêver… Là, à nouveau, page 71, j’en ai des frissons dans le dos avec son : Ton souffle, tes pas !

 

" Ton souffle, tes pas

Et toutes ces étoiles d’ombres

Que sème ton corps éclairé

Au silence du vent

Qui écoute la flûte des mers

Le bercer de tes fleurs Semées dans les paumes chaudes de tes rêves !

 

Ton souffle, tes pas !

Un papillon enivré par son butin de lèvres

Et un soleil qui joue aux damiers des ombres !

 

Ton souffle, tes pas !

Et une belle rosée de souvenirs

Parfumée à l’envol de nos jours à venir ! " 

 

Oh ! Comme c’est beau.

J’appelle Mokhtar pour le remercier de tant de grâces… On ne s’est pas parlé depuis fort longtemps, pourtant on retrouve instantanément cette complicité qui nous est chère… rosée de souvenirs…

Merci bel ami d’enchanter ainsi notre existence et longue vie au Souffle des ressacs qui emporte comme ces étoiles ivres qui s’embarquent par milliers dans ta chevelure nocturne offerte au vent ! (Offrande p :92)

 

  

14/06/2014

Les rêves

 

Le visage de ceux qu’on n’aime pas encor
Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves
Et va s’illuminant sur de pâles décors
Dans un argentement de lune qui se lève.

Il flotte du divin aux grâces de leur corps
Leur regard est intense et leur bouche attentive ;
Il semble qu’ils aient vu les jardins de la mort
Et que plus rien en eux de réel ne survive.

La furtive douceur de leur avènement
Enjôle nos désirs à leurs vouloirs propices,
Nous pressentons en eux d’impérieux amants
Venus pour nous afin que le sort s’accomplisse ;

Ils ont des gestes lents, doux et silencieux,
Notre vie uniment vers leur attente afflue :
Il semble que les corps s’unissent par les yeux
Et que les âmes sont des pages qu’on a lues.

Le mystère s’exalte aux sourdines des voix,
À l’énigme des yeux, au trouble du sourire,
À la grande pitié qui nous vient quelquefois
De leur regard, qui s’imprécise et se retire…

Ce sont des frôlements dont on ne peut guérir,
Où l’on se sent le cœur trop las pour se défendre,
Où l’âme est triste ainsi qu’au moment de mourir ;
Ce sont des unions lamentables et tendres…

Et ceux-là resteront, quand le rêve aura fui,
Mystérieusement les élus du mensonge,
Ceux à qui nous aurons, dans le secret des nuits,
Offert nos lèvres d’ombre, ouvert nos bras de songe.

 

- Anna de Noailles - ("Le cœur innombrable" – 1901)

 
 
 
 

25/04/2014

On vient à peine de commencer

 

 

22/03/2014

La chanson des vieux amants

 

 

23/02/2014

Un rebirth

 

poésie,état d'âme,cafard,émotion,partage,humain

 - Max Ernst -

 

 

tombent les
ruines la poussière
dense tue le souffle
que de poèmes disparus
et la peur qui foudroie
pour qu’un seul homme
renaisse

il n’y aura jamais
assez d’amour
pour ce que
je me destine
à ne pas être

 

- Tony Tremblay -

 

 

06/01/2014

René Char

 

02/01/2014

Mémoires

1488047_555097517915882_1626370022_n.jpg

 

" Rappelons-nous nos beaux jours, les jours où nous étions gais, où nous étions plusieurs, où le soleil brillait, où les oiseaux cachés chantaient après la pluie, les jours où nous nous étions promenés dans le jardin ; le sable des allées était mouillé, les corolles des roses étaient tombées dans les plates-bandes, l'air embaumait. Pourquoi n'avons-nous pas assez senti notre bonheur quand il nous a passé par les mains ? il eût fallu, ces jours-là, ne penser qu'à le goûter et savourer longuement chaque minute, afin qu'elle s'écoulât plus lente ; il y même des jours qui ont passé comme d'autres, et dont je me ressouviens délicieusement. "

- Gustave Flaubert -



24/12/2013

Joyeux Noël ...

 

20/12/2013

Safar

 

04/12/2013

Le ciel est très silencieux

Les choses dans le monde sont absentes --- pas vraiment là ---
Je suis malheureux parce que ma vie est froide et étrange --- Mais elle
ne fait que paraître ainsi. En réalité, il n'y a pas le moindre fondement
sur lequel je puisse prétendre que je ne suis pas ce que j'ai pensé.
Tout est parti, absent. L'absence rend le cœur plus tendre.
On nous enseigne de mourir. La longue souffrance devient même
pire. Il n'y a absolument aucun espoir, et au nom de la même loi
il n'y a pas de péché. Réjouissez-vous de l'instant, régulateurs du
monde! Le Ciel est très silencieux.

- Jack Kerouac -

 

28/11/2013

Même quand nous dormons

 

Même quand nous dormons nous veillons l'un sur l'autre

Et cet amour plus lourd que le fruit mûr d'un lac

Sans rire et sans pleurer depuis toujours

Un jour après jour une nuit après nous.

 

- Paul Eluard -

 

 

29/09/2013

Ton parfum sera mon souffle

253648_10200309096143759_1701105114_n.jpg

- Christophe Miralles -

 

21/09/2013

Souhait du moment

Chema Madoz.jpg

- Photo Chema Madoz -



16/09/2013

Vends-moi du rêve

Fais-moi grimper haut, ouvre mes horizons, flatte mon imagination, étonne mon âme, fais jouir mon cerveau, balaie mes préjugés, mes peurs, mes postures, passionne-moi, déraisonne-moi, vends-moi du rêve, redonne vie à ma chair endormie, endolorie, récalcitrante et transfuse-moi tes forces vibrantes que mon sang ne fasse qu'un tour, que s'élargisse mon champ de vision et ma compréhension du monde dans lequel je suis, là, de passage, parfois si démunie, haletante, infime particule dans l'infiniment grand, insatiable, aimante, curieuse de tout, gourmande d'amour. Ecris-moi des mots lourds. Des mots profonds. Des mots qui décochent et dérangent. Des bouffées de poésie pure. Absynthe. Drogue dure. Transporte-moi. Elève-moi. Libère-moi. Ne m'oublie pas.

 

13/09/2013

La tendresse

 

10/09/2013

Rien de plus

 
Rien de plus
Rien de moins
Rien du tout
Trois fois rien
J’existe encore
Et pour longtemps
Longtemps à attendre
A rêver
A rêver du rêve
Rêve sans trêve
Rêve d’espérance
Histoire de vivre
Vivre sans trêve
 
 



29/08/2013

J'suis snob !

 

28/08/2013

Songe d'une nuit d'Août

 

art,poésie,rêve,création,message,partage,humain

- Antoine Bourdelle - Le pommier abandonné -



11/07/2013

La courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

 

- Paul Eluard -