Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2012

Fashion Week

mode,art de vivre,fashion week,voyage,partage,rencontre,esthétisme,ouverture,humain,livres,christian mistral,poésie,bagage

mode,art de vivre,fashion week,voyage,partage,rencontre,esthétisme,ouverture,humain,livres,christian mistral,poésie,bagage

 

 

Je vais comme chaque année malgré ma main en moins, m'immerger en pointillé dans ce monde insensé et festif de la mode. La Fashion Week! J'y vais pas pour rêver mais pour travailler, c'est avec ce métier que je nourris ma famille et que je sers humblement la société dans laquelle je vis, y'a pire! J'emméne Fontes avec moi  et Le cerveau magicien, je ne me ballade jamais sans livres, ni sans carnet, ni sans crayon, ni sans mes yeux pour voir, mon coeur pour ressentir, ma tête pour inscrire et interpréter.

 

Prenez soin de vous. Goûtez à l'instant présent. 

Je reviens, bientôt!

 

 

De la main gauche

 

22/02/2012

Vivant

Francis bacon - Figure in a room.jpg

- Toile de Françis Bacon -

 

Vivant. Vivant comme un matou humant la bagarre qui se glisse entre les faisceaux de la lune et les échos des ruelles. Comme Custer enfilant ses bottes à Little Big Horn. Comme un chrétien dans l'arène, comme les cancrelats quand j'allume l'ampoule des toilettes, comme la truffe à l'approche de la truie, comme la truie à l'approche de l'abattoir, devinant un au-delà de bacon et de chair à saucisse, comme une souffrance d'amour un soir d'orage brûlant quand ça tonne tant qu'on jurerait que Dieu déplace des meubles là-haut. Et puis vivant comme Essex au retour d'Irlande, comme Fredo Corleone récitant un Ave dans sa chaloupe, comme la flamme flottant haut sur un bout de chandelle, vivant comme seul peut l'être ce qui va tantôt mourir, ainsi faudrait-il pouvoir se sentir en pleine conscience à chaque heure de chaque jour, mais c'est difficile en sacrement.

- Christian Mistral -

 

16/02/2012

Bleu de Prusse

Bleu de Prusse.jpg

Je vous invite à découvrir le sensible et subtil premier recueil de poèmes de Guillaume Lajeunesse, notre VieuxG. tribal, magnifié par les illustrations de Stéphanie Locas.

Un vrai petit bijou...

 

13/01/2012

Arc-en-ciel

2-street_art_june_2_yarn_crochet1-600x398.jpg

 

J'aime,

L'aube de tes prunelles

Le couchant de ta bouche

L'érable de tes gestes

Le miel de toi...

 

04/01/2012

Nusch

 

03/01/2012

L'acte d'attendre

IMG_6817.jpg

-Photo Laurence Guez -

 

Elle errait muette et cruelle entre les ponts

Belle et blonde et mûrie par la nuit

Comme si l'eau qui roulait sous la coque paresseuse

Lui était un tapis de mystères et de sons

Déroulé sous l'empire de ses talons

Par un dieu voyeur et de moeurs douteuses

J'ai trébuché dans le chemin de son regrad

Au royaume de la soif et des jeux de hasard

Je me jetais sur les jetons, je décidais les dés

A rouler avec l'eau pour noyer ma malchance

Et je restais hors de la danse

Je me rinçais l'oeil automatiquement

Avec toute la flotte du Saint-laurent

Je sais qu'elle aimait les feux d'artifice

Comme tout le monde mais autrement

Comme si un très ancien serment

Comme si un très vieux noeud qui glisse

La liait à ce ciel qui épouse la fête

Et dans l'acte de boire elle fondait aussi

Tout un théâtre de fantasmes liquides

Et dans l'acte d'attendre elle arrêtait le temps

Pour laisser aux aiguilles des horloges stupides

Le loisir de la rejoindre ici

Le plaisir de rattraper l'instant

Et ce fut le silence incongru des bâteaux

Des marins impromptus, des moteurs et des disques

Le moment religieux qui précède les feux

Quand les coeurs sautent un battement

Dans l'impatience pyrotechnique

Et désirent et appellent le risque

Que le ciel enfin s'embrase

Et profère enfin des menaces esthétiques...

 

Et dans l'acte d'attendre elle arrêtait le temps

Pour laisser aux aiguilles des horloges stupides

Le loisir de la rejoindre ici

Le plaisir de rattraper l'instant...

 

- Christian Mistral - Fontes -

 

19/12/2011

poésie lunaire

Photo virginie Muller Kleinmann.jpg

- Photos Virginie Muller -



 La rêverie est le clair de lune de la pensée. 

- Jules Renard -

 

 

17/12/2011

Cesaria

                                       

 RIP

 

15/12/2011

je voudrais pas crever

Pour les trente-quatre moi de Vincent, pour la belle Swan et puis pour nous tous...

 

 

 

 

09/12/2011

Tricia Foster

 

"Je n'ai pas toujours été sage mais je recherche la sagesse."

- Tricia Foster -

 

06/12/2011

petite pause de quelques jours histoire de ressourcer la bête...

photographie,pause,blog,ressource,poésie,partage,humain

- Photo Neil Craver -

 

 

24/11/2011

Sans sortir de moi

320070124170301.jpg

pays-mimi-python-arc-ciel-lart-aborigenes-ter-L-2.jpeg

art,voyage,pensée,michel leiris,christian mistral,poésie,réflexion,inconscient,rêve,partage,humain

- Peintures Aborigènes -

 

" M'approprier le monde par le moyen symbolique qui consiste à s'y promener, vivre dans des décors nouveaux pour élargir mes perspectives mentales et rompre la filière du calendrier, étancher certaine soif tant cérébrale qu'affective."

- Michel Leiris -

 

australie400.jpg

art,voyage,pensée,michel leiris,christian mistral,poésie,réflexion,inconscient,rêve,partage,humain

art-aborigene-contemporain.jpg

- Peintures Aborigènes -

 

" Il y a des moments qu'on peut appeler des crises et qui sont les seuls importants dans la vie. Il s'agit des moments où dehors semble brusquement répondre à la sommation que nous lançons du dedans, où le monde extérieur s'ouvre pour qu'entre notre coeur et lui s'établisse une soudaine communication.

- Michel Leiris -

 

11.jpg

- Peinture Aborigène -

 

" Or, ce n'est ni dans la nature, ni au-delà de la nature que le Merveilleux existe, mais intérieurement à l'homme, dans la région la plus lointaine en apparence, mais sans doute en réalité la plus proche de lui-même, celle dont les territoires échappent à cette atroce féodalité des causes qui déciment ses fiefs humains à grands coups d'édits rationnels et de potences pragmatiques. Car le Merveilleux n'est autre que le feu brûlant au coeur de l'homme, la lueur imaginaire d'absolu qu'il tire de son essence et qu'il projette sue les ternes événements dont les effluves se font jour jusqu'à ce qu'il est convenu d'appeler son esprit, par les pores de son corps. Il est aussi l'attrait puissant qu'exerce l'inexplicable, la poussée impérieuse qui fait souvent préférer la gratuité à toute espèce d'explication, la force primitive de l'esprit, enfin, celle qui se manifeste bien avant que se soit encore formé l'esprit critique, et qui peut trouver son origine que dans les profondeurs de l'inconscience ou dans la nuit des temps.

- Michel Leiris -

art,voyage,pensée,michel leiris,christian mistral,poésie,réflexion,inconscient,rêve,partage,humain

art,voyage,pensée,michel leiris,christian mistral,poésie,réflexion,inconscient,rêve,partage,humain

- Peintures Aborigènes -


 


podcast

- Saturne sans anneaux- Catherine Major - paroles Christian Mistral -

 

 

 

20/11/2011

Être

 

Être, renaître ma naissance
Dans une aube de craie
Sous la lune de sang
Aux termes d'un hiver mourant

Être, émerger du silence
Voir briller au soleil
Les givres de mon coeur
Présage d'un printemps meilleur

Être le fruit et la semence
Dans un sol épuisé
Et fleurir en exil
Comme un arbre éclaté d'avril

Être, apprendre à me connaître
Garder les yeux ouverts
Et n'être rien qu'un être de chair

Pour aimer jusqu'à la mort
Et au-delà peut-être
Être l'âme séparée du corps
Pour aimer jusqu'à la mort
Même au-delà encore

Être la voix de mes naufrages
Le verbe retrouvé
Lavé de tout défaut
Épousant le chemin des mots

Être, échapper au chantage
De tous les lieux communs
Éteindre mes volcans
Dompter et chevaucher mon temps

Être le geste qui engage
L'avenir repensé
Artisan du retour
Au simple rituel d'amour

Être, mourir pour mieux renaître
Des mensonges d'antan
Et n'être rien qu'un être
Vivant

Être...


- Charles Aznavour -



10/11/2011

Catherine Major

 

Merci Christian.

 

21/10/2011

Do not go gentle into that good night

hartung 5.JPG

-Toile de Hans Hartung -

 

Do not go gentle into that good night,
Old age should burn and rave at close of day;
Rage, rage against the dying of the light.

Though wise men at their end know dark is right,
Because their words had forked no lightning they
Do not go gentle into that good night.

Good men, the last wave by, crying how bright
Their frail deeds might have danced in a green bay,
Rage, rage against the dying of the light.

Wild men who caught and sang the sun in flight,
And learn, too late, they grieved it on its way,
Do not go gentle into that good night.

Grave men, near death, who see with blinding sight
Blind eyes could blaze like meteors and be gay,
Rage, rage against the dying of the light.

And you, my father, there on the sad height,
Curse, bless, me now with your fierce tears, I pray.
Do not go gentle into that good night.
Rage, rage against the dying of the light.

 

- Dylan Thomas -

 

 

19/10/2011

A l'ombre de ma vie

 

Extrait d'un poème de Roland Giguère mis en musique par Francis Halin.

 

15/10/2011

Nous aurons pour nous l'éternité, dans le bleu toute l'immensité...

 

03/10/2011

Pages blanches

RobertRyman.JPG

- Toiles de Robert Ryman -

 

L'Américain Ryman conduit une œuvre singulière, parfois rapprochée de la démarche analytique du minimal art. Elle est, en effet, vouée à l'interrogation de chacun des constituants de la peinture : format, châssis, nature du support, pinceau, ton du blanc (son unique couleur), accrochage, etc. (un Dossier Ryman, très complet, a été réalisé par la revue Macula, no 3-4, en 1978).

Né à Nashville (Tennessee), Ryman s'installe à New York après son service militaire. Saxophoniste, il se destine à la musique mais gagne sa vie comme gardien au musée d'Art moderne, où il rencontre les artistes Sol LeWitt et Robert Mangold. Ryman va alors « s'apprendre » la peinture. Dès 1955, il trouve les invariants de cet exercice : le format carré, la couleur blanche. Il recherche alors tout ce qui entre en relation avec le tableau : ainsi insère-t-il sur ses toiles des signatures et des dates. Entre 1958 et 1962, il expérimente tout ce qui a trait à l'application de la peinture, selon qu'elle imprègne ou non son support, qu'elle le recouvre entièrement ou non. Vers 1965, sa méthodologie devient plus systématique : le pinceau s'applique en traînées parallèles, de gauche à droite et de haut en bas (série Winsor), et la répétition est mise en œuvre par la production de polyptyques (Sans Titre, 1974, Musée national d'art moderne, Paris). La prise en compte du cadre, de la tranche, de l'épaisseur du tableau amène Ryman à varier la relation de l'œuvre au mur, soit en la faisant adhérer à celui-ci, soit, au contraire, en la fixant avec des attaches d'acier (Criterion I, 1976, Musée national d'art moderne, Paris). Il remet en question jusqu’au titre des tableaux qu’il emprunte au nom de telle ou telle entreprise, trouvé dans un répertoire professionnel. Dans la série de vingt-trois tableaux exposés à la Pace Gallery à New York en 1992-1993, il s’interroge sur les relations qu’entretient la couche de peinture blanche plus ou moins épaisse, plus ou moins étendue avec le support (carton d’emballage ondulé).Ce questionnement des « assises de la peinture, de ses raisons, mené avec ses moyens propres », permet aux spectateurs, selon le critique Jean Frémon, auteur de l’essai Robert Ryman, le paradoxe absolu (L’Échoppe, 1991), « d'entrer dans un dédale d'infinies distinctions où rien de ce qui est visible n'est indifférent » (Préface de l'exposition Ryman à la galerie Maeght-Lelong, 1985).

- Elisabeth Lebovici -

 

ryman-series-9.jpg

robert ryman.jpg

 

02/10/2011

Gaston Miron, les outils du poète

 

 

 

" Quand on descend profondément en soi, on rejoint les autres."

- Gaston Miron -