Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2013

J'ai tant rêvé de toi

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance 
De la voix qui m'est chère?

J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués 
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre 
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

 

- Robert Desnos, "Corps et biens". -


21/03/2013

J'écris ton nom*

rogier-van-der-weyden-1341821656_b.jpg

- Rogier Van der Weyden -






* Liberté - Paul Eluard -


20/03/2013

Le printemps est inexorable*

 

37986_120683034646278_2629781_n.jpg

" J'ai su avec les yeux ouverts plus grandement sur les choses que la vie que nous déployons peut aussi révéler de la joie."

- Odilon Redon - 

 

* Pablo Neruda

 

17/03/2013

Ce matin,

je me sens l'âme tendre, féline et féminine.

 

16/03/2013

Même sommeil, même réveil*

418795_10151478443371897_1831000678_n.jpg

 

* Paul Eluard


14/03/2013

Blue Sky

belle lumière.JPG

photo.JPG

1.JPG

 

12/03/2013

Ah! comme la neige a neigé

 

C'est le Nooooord!

65404_571999516144058_1981671735_n.jpg

 Ma petite cour hier matin vers 9 heures, un film de sucre glace recouvre tout...


photo.JPG

La même, mais ce matin, à la même heure!!



Toute la journée d’hier et toute la nuit d’aujourd’hui il a neigé. Flocons après flocons, tout s’est recouvert d’un épais manteau blanc. A dix jours du printemps ! C’est beau, c’est blanc, c’est apaisant mais ça n’est pas le pied quand on est commerçant !! Pas de bus, pas de métro, le tramway est à quai, les trains restent dans la gare et les gens… chez eux. Moi-même je ne peux pas me rendre sur mon lieu de travail, la porte d’entrée de ma maison s’ouvre sur un mur de neige, le vent a balayé la poudre dans tous les recoins, impossible de bouger, impossible de sortir, coincée, immobilisée.

 

« La mort couve la vie sous manteau blanc


Enigme incertaine d'une venue


Nouvelle des caresses des amants


La fonte des neiges sur leurs corps nus.… » 

 

Alors, plutôt que me morfondre, râler, faire la tête ou en vouloir à celui qui là-haut nous envoie ce tapis sucre glacé, je me suis mise à la fenêtre et j’ai laissé mon esprit rêvasser à mes amis du Québec. Eux, le froid, les congères, la neige en masse, ils connaissent bien. Une petite épaisseur de trente centimètres, ça doit les faire sourire en coin. C’est presque rien… Mais pour nous ici, c’est limite la fin du monde. Un nombre incroyable de foyers n’a plus l’électricité, les routes ne sont pas dégagées, personne n’est équipé. Et comment je vais faire pour vendre de l’été, des petites robes légères, des chemisiers en voile, des pantalons corsaires, des petites jupes en lin ? La semaine dernière, c’était le printemps enfin, les petits oiseaux nous faisaient leur refrain et les femmes avaient des envies de changement, de couleurs, de mouvements. Là c’est sûr, chacune doit maugréer à devoir remettre des chaussettes, des collants, des gros pulls ou rester sous la couette plutôt que de s’ouvrir à la douceur du temps.

C’est étrange comme les changements de saison influent sur notre inspiration. On est forcément différent suivant le climat dans lequel on se pose. J’imagine dans les pays où il fait toujours chaud ou ceux où à l’inverse il fait toujours froid. L’individu n’est forcément pas le même. Et nous qui connaissons des saisons et qui avons le printemps et l’automne pour avoir des émotions comme personne, nous sommes chanceux, au fond…

 

« Les sanglots longs 
des violons
 de l'automne
 blessent mon coeur 
d'une langueur
 monotone. »


« Avril, dont l’odeur nous augure


Le renaissant plaisir,


Tu découvres de mon désir 


La secrète figure. »


Alors, impatiente de voir venir cette fonte prévue dans les jours qui viennent, c’est drôle comme soudain la météo prend une place énorme, je recompte mes commandes pour l’hiver prochain. Ici, c'est le Nooooord!

 

10/03/2013

Drôle de Dimanche

Réveil normal, tôt, amical. Rien ne semblait pouvoir ombrer cette journée froide et humide dehors mais chaude et chaleureuse dedans. Poulet-purée habituel. Discussion et échange en famille aussi. On décide de voir un film. " La taupe", le film de Thomas Alfredson. Le matin entre le thé et le déjeuner j'avais été remuée par un documentaire sur Yves Saint Laurent et Pierre Bergé que Pat m'avait enregistré, me suis pas méfiée! Quand la Taupe est arrivée, j'ai fait un malaise, submergée. Saleté d'inconscient. Bon, pas de panique, je connais la chose, quand elle veut s'exprimer elle n'a pas d'heure. Me suis couchée. Me suis réveillée trois heures après, la langue pâteuse et surtout les idées grisées. Et plein d'options dans la tête! Un dialogue intérieur, une sorte de mal être, toujours ces vieux démons qui hantent mon esprit et puis aussi ces questions lancinantes: c'est quoi tout ce tremblement, qu'est-ce que je fous, à quoi je sers, suis-je vraiment aimable, aimée? C'est idiot. Je le suis. Mais j'en doute. Parce que je doute de ce que je suis. Je sais, ça commence à bien faire, ça fait quatre années que je dis ça ici, que je cherche, que je creuse, que j'escamote. Mais bon, c'est comme ça. Je tiens le bon bout mais un élastique m'empêche de vraiment couper le cordon. J'ai mis au monde trois beaux gars, magnifiques et denses. Je vis avec et tout contre un homme fabuleux. J'ai des amis formidables, des amours, je me réalise peu à peu, une sorte de course à l'échalotte! Je veux vivre ma vie, la vie telle qu'elle m'est donnée à fond, jusqu'au bout. J'ai besoin d'oeuvrer. De dire. D'écrire. Je ne suis pas poète mais j'y suis sensible...

"Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, - et le suprême Savant ! - Car il arrive à l'inconnu ! - Puisqu'il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu'aucun ! Il arrive à l'inconnu ; et quand, affolé, il finirait par perdre l'intelligence de ses visions, il les a vues ! Qu'il crêve dans son bondissement par les choses inouïes et innommables : viendront d'autres horribles travailleurs; ils commenceront par les horizons où l'autre s'est affaissé!"

- Lettre du voyant - Arthur Rimbaud -

 

25/02/2013

L'instinct de ciel

blue_sea_and_sandy_beaches_surrounded_by_wallpaper_1280x1024.jpg

rothkogreendividedbyblue.jpg

 

 

"De quelle sorte de barque est la langue? Pour traverser, pour s'en aller, ou simplement pour se tenir en équilibre sur le bleu. Des planches clouées, du bois taillé: il faut un arbre ou plusieurs pour aller sur la mer. Il faut du sol et des racines. Le bonheur de vivre là-bas, puis à coups de hâche la furie d'abattre et de décortiquer. Il faut avoir aimé les souffles de la langue, ses feuillages et ses chants. Puis cisaillé ses branches, détruit ses nids et chassé ses oiseaux...

Telle est la fable de qui s'en va. De qui s'est fabriqué l'esquif de la disparition. Il faut avoir un peu de terre sous les semelles pour marcher sur la mer."

 

- Jean-Michel Maulpoix -


24/02/2013

Voyage

marc perez.jpg

- Sculpture Marc Perez -

 

 

"Je me sens né à tout instant
A l'éternelle nouveauté du Monde..."

- Fernando Pessoa -



04/02/2013

C'est l'amour qui m'a faite*...

DSC01215.JPG

 - Photo Laurence Guez -

 

" C'est l'amour qui m'a faite

L'amour qui m'a fête

L'amour qui m'a fée..." (Prévert)

 

 

* Découvert dans Valium - Christian Mistral - p.233

 

31/01/2013

L'invitation au voyage

tony toste.jpg

 

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

 

- Charles Baudelaire -

 

 

  

28/01/2013

Entre mes mains

derek overfield.jpg

- Derek Overfield -



Si lentement mes mains te pansent
Mes yeux te parlent nos corps s'installent
Si patiemment je te dévoile
Mes gestes lents et détestables

Le souffle court de mes efforts
Crie nos erreurs nos réconforts
Et comme tu plies je pleure encore
Et comme tu vis je serre plus fort

Entre mes mains tu disaprais
Je garde là ton doux chagrin
Entre mes mains tu disparais
Je reste là je ne dis rien

Si doucement mes yeux te noient
Mes mains te rendent ton innocence
Nos petites morts ont tant vécu
Que l'on s'endort à moitié nus

Entre mes mains tu disparais
Je garde là ton doux chagrin
Entre mes mains tu disparais
Je reste là je ne dis rien

Entre mes mains, entre mes mains tu disparais ...


- Joseph D'Anvers -




24/01/2013

Iradât al hayât, la volonté de vivre

DSC01298.jpg

- Photo Laurence Guez -

 

 

" Je dirais au destin qui s'acharne à combattre

Mes espérances par mille épreuves:

Ni les vagues du désespoir

Ni les malheurs soufflant en tempête

N'éteindront les flammes

Qui circulent dans mes veines."

 

- Sobhi Habchi -

 

 

 

23/01/2013

le blues indolent

 

Vous savez quelle est la question qu'on m'a le plus posée ? 'Quel effet cela vous fait-il de vieillir ?'" La réponse de Jeanne Moreau, dans un grand éclat de rire ? "Je vous emmerde !"

 

22/01/2013

Crime et châtiment

poésie,intolérance,norge,pensée du moment,partage,humain

- Astrid Shriqui Garain -

 

 

Il avait pris l'habitude de ne plus répondre
Et quand on l'interrogeait, il se donnait simplement l'air
   d'une poule qui va pondre.

Il avait pris l'habitude de ne plus se défendre
Et quand on l'accusait, il se donnait simplement l'air de
   de quelqu'un sous qui la terre va se fendre.

Les choses les plus sérieuses, il semblait vraiment s'en
   amuser.
Et allait jusqu'à sourire devant les guichets et dans les
   musées.

Évidemment, cette façon de faire devait lui attirer des ennuis,
Rien n'est insupportable comme quelqu'un qui sourit jour et
   nuit.

Évidemment, ce qui devait arriver est arrivé
Et un jour, il s'est réveillé en prison avec les deux pieds rivés.

Évidemment, il n'y avait pas de raison de l'en faire sortir
Puisqu'il n'y avait pas eu de raison de l'y faire entrer.
Voilà ce que c'est, Messieurs-dames, de sourire
Quand les autres ne savent pas pourquoi vous souriez.

 

- Géo Norge -

 

17/01/2013

Anja Stiegler

photo anja stiegler.jpg

 

Anja-Stiegler_7600_600.jpg

- Photos Anja Stiegler -

 

 

" L'art est un jeu d'enfant."

- Max Ernst -

 

De la beauté

 

Hymne à la beauté

Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,
Ô Beauté ! ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore ;
Tu répands des parfums comme un soir orageux ;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres ?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien ;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques ;
De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L'amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, - fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?

 

- Charles Baudelaire -

 

15/01/2013

Blue Tag

 

Pour faire un poème dadaïste 

 
 
Prenez un journal.
Prenez des ciseaux.
Choisissez dans ce journal un article
ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.
Découpez l’article.
Découpez ensuite avec soin chacun des mots
qui forment cet article et mettez-les dans un sac.
Agitez doucement.
Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.
Copiez consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.
Le poème vous ressemblera.
Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire.


- Tristan Tzara, Sept Manifestes Dada -
 
 
 
 
Bon, plus jeunes on s'adonnait facilement à ça, au Tag. Une sorte de petit jeu entre amis relayé de blog en blog, genre le questionnaire de Proust ou la photo du bureau où on sévit ou Si tu étais un arbre, enfin toute sorte de chose. Le principe est simple pour ceux et celles qui veulent bien y participer. Il y a toujours les récalcitrants, les qui ont pas le temps, les qui ne joue jamais à rien d'autre qu'aux échecs ou au pmu et pis ceux que ça emmerde grandement et il y a les autres, ceux qui ont gardé un bout de leur âme d'enfant. Je propose de tenter d'en mettre un nouveau en circulation, le cut-up. Genre Dada mais en moins pied de nez. Parce qu'à les lire ces dadaïstes, pas la peine de se casser le cul. Tu coupes certes, dans un journal toujours mais si même ce que tu découpes est le fruit du hasard la manière dont tu agences tes découpes ne l'est pas. Celui ou celle qui veut bien répondre à ma demande fait la chose, la produit sur son blog et tague à son tour cinq personnes de son choix qui elles, etcetera, etcetera...
 
Pour ce tag bien particulier et qui demande de l'outillage je tague mes amis Vieux G., Plumitif, Lorka, Laurence et Anne des Ocreries (La Rouge est overbookée!) ... A vous de jouer! ( De mon côté je vais bien entendu faire l'exercice et vous le produire dans les plus brefs délais...) Et ceux que ça titille peuvent aussi y participer bien sûr et nous faire savoir le résultat de leur méfait! S'ils n'ont pas de blog, je les pubierais.