Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2017

Ecrire la vie

" Je ne travaille pas sur de mots, je travaille sur ma vie ". Je lis Annie Ernaux et trouve cette phrase qui me parle de plein fouet. J'ai toujours appréhendé l'écriture ainsi.

Hier soir, il faisait nuit tiède, la lune était à moitié lumineuse, allongée nue sous ma robe de lin beige sur un des transats au bord du bassin , j'entendais le vent au travers les feuilles des grands arbres qui semblaient du coup murmurer des mots doux et je sentais la brise légère caresser mes jambes de bas en haut, j'étais bien, je n'avais pas le sentiment de penser pourtant sans doute mon esprit était-il en mouvement, comme l'écrit Althusser les travailleurs de l'inconscient ne s'arrêtent jamais, où étaient-ils en ce moment ?

J'ai alors repensé à ma journée et à tous les mots qui m'avaient plusieurs fois interpellée et touchée, ceux d'Annie Ernaux dont je parcoure l'oeuvre, ceux de Michel Bozon dans sa Pratique de l'amour et tes mots à toi, ceux que tu m'as écrit suite à notre dernière conversation, ce genre de mots dont on se délecte tant ils sont inspirants, ces mots intimes, ces mots destinés, ces mots brûlants de désir, un frisson m'a parcouru l'échine...

Se couper ainsi du monde pendant quelques temps est stimulant, je jardine, je cuisine, je lis, j'écris, et je tente d'arriver à avoir une vision de l'avenir plus sereine que celle que j'avais la tête dans le guidon, prendre du recul invite à la sérénité et on prend toujours de meilleures décisions, la tête reposée.

Démarrer un autre livre, " Les choses qui m'arrivent, au moment où je les vis, s'écrivent déjà à l'imparfait "... Pourtant ils arrivent aussi que certains mots s'écrivent au futur, l'espoir et l'imaginaire s'en nourrissent, le désir aussi...

 

 

 

09/12/2013

Petit éloge du désir -2-

1461199_698607576816584_636246523_n.jpg

- Christian Schloe -

 

 

" L'incandescence ou rien."

- Belinda Cannone -

 

Petit éloge du désir -1-

" Tu parles ici comme femme, et mûre. Tu ne sais pas comment sentiront et se comporteront les femmes à venir, quand l'égalité aura plus sûrement progressé, quand les vieilles lunes de nos représentations des genres dans l'amour et le désir se seront transformées. Tu ne sais pas comment sentent les toutes jeunes filles, mais tu es persuadée que le désir est à jamais notre grande affaire, désir de vivre, désir d'aimer, désir d'étreindre - car il est la vie haute.

 Tu aimes cette citation de Bachelard, " l'homme est une création du désir, non pas une création du besoin", qui rencontre ta conviction que la vie érotique n'est pas bornée par la chair, la libido ou les hormones. Tu ne la crois soumise qu'au néocortex, c'est-à-dire, au principe même de notre liberté et de notre inventivité."

 

- Belinda Cannone -



19/11/2013

Tango !

 

 

 

 

03/04/2013

Embrasement

528207_581408395203170_253924071_n.jpg

- Sculpture Camille Claudel -

 

03/01/2013

aspiration

737568_122644101237177_653933895_o.jpg



15/12/2011

à quoi il sert

pin-up-chu-liege-radio-01.jpg

pin-up-chu-liege-radio-02.jpg

pin-up-chu-liege-radio-03.jpg

pin-up-chu-liege-radio-05.jpg

pin-up-chu-liege-radio-07.jpg

pin-up-chu-liege-radio-10.jpg

- Mises à nu -

 


podcast

- A quoi il sert - France Gall -

 

 

23/02/2011

" Du désir ", live.

 

désir,mots,musique,mixage,association,rencontre,amitié,amour,ouverture,humain


podcast

- Texte et voix moi-même - Gymnopédie Satie - Mixage Barner -

 


21/01/2011

du désir

Le désir est une denrée fragile et encore difficile d'accès pour une femme qui, blessée dans son intime, tente petit à petit de le retrouver. Le désir de sexe, le désir charnel, l'appel au large, l'annonciateur déclencheur provocateur du grand voyage, celui qui vous assaille, insoupçonnable, qui vous prend aux tripes, irréversible, celui qui vous percute de plein fouet, qui vous pousse dans vos contrées inexplorées, irrépressible; cette liberté d'être tout à soi, celui-là qui est identité et liberté, vivance.

Le plaisir m'a aussi longtemps été proscrit, trop associé sans doute à la honte; encore un des méfaits pernicieux et sordide d'une utilisation d'un corps de petite fille et de son affectif à des fins non avouables, pourtant il me fut récupérable en me défaisant doucement et par petits bouts de ces vieilles peaux coupables et culpabilisantes que j'avais endossées au fil des années; il reste pourtant fragile, lui aussi, agissant souvent comme le baromètre d'une vérité cruelle et assassine enfouie loin dans un trou de ma tête. Les retrouvailles profondes et intenses de mon plaisir entier qui fait fondre mon âme et emmène tout mon être dans les bras de l'extase a été la première récompense d'un parcours insondable d'une improbable guérison. D'ailleurs, au plus j'avance, au plus j'écris, au plus mon sexe s'ouvre et je m'ouvre à lui; l'écriture agissant comme décapeur chimique d'un poison trop longtemps pris en intraveineuse intra-familiale incontournable.

Le désir lui, est plus ardu à reprendre à réinvestir à ressentir, il ne peut être que spontané, il ne peut se fabriquer mentalement par des chemins de traverse et ne peut se nourrir de culpabilité; dans une construction mentale d'une carte du monde si on t'impose trop petite des choses éloignées ce que tu es en âge de comprendre et de gérer voire de digérer, on t'enlève cette liberté essentielle de laisser venir à toi et en toi tes sensations. C'est, à peine née qu'on te jette en prison. Un esclavage spirituel et corporel grave qui te blesse et t'arrache à toi-même longtemps voire, à vie. Pourtant, depuis peu, parfois, il me capte, m'étreint et me trouble au détour d'un mot, d'un regard, d'une rencontre, là encore l'écriture joue son rôle bienfaiteur d'ouverture, et après avoir été, pendant plus de vingt ans dans l'énorme besoin et l'étourdissante envie d'être désirée, je me retrouve enfin, mais à dose ténue, désirante, actrice de mon désir et dévorée par lui, quelle jouissance!

Comment pourrais-je alors cesser de coucher des mots gris sur le papier vierge, comment pourrais-je me refuser cette voie qui m'est donnée du bout des doigts, comment ne pas s'ouvrir entièrement à elle qui m'offre ainsi une existence réelle et engage tout mon être dans cette rédemption? Encore des vieux débris de culpabilité et des vieux fonds de honte qui traînent dans les limbes de mon cerveau et dont j'ai bien du mal encore à me défaire! "Ce qu'on essaye souvent et qu'on ne cesse de vouloir, on finit par réussir à l'obtenir"... est-ce que Sigmund  cette fois aurait dit vrai? C'est là mon désir le plus grand que celui d'être un être de désir doublé du plaisir de l'être, d'en prendre et d'en donner...

 

 

18/11/2010

J'ai tant contemplé

désir.jpg

- Musée d'art contemporain, Montréal -

 

 

J’ai tant contemplé la beauté
Que mes yeux en sont tout emplis.

Lignes du corps. Lèvres vermeilles. Membres voluptueux.
Chevelures dérobées à des statues grecques,
Toujours belles, même en désordre
Et retombant, un peu, sur des fronts blancs.
Visages de l’amour, tels que les désirait
Ma poésie…Secrètement rencontrés
Durant les nuits de ma jeunesse, durant mes nuits.

 

- Constantin Cavafis - Jours anciens -

 


31/10/2010

Brokeback Cowboy

 

 

16/07/2010

laisser venir...

AB%2025M%20FELICITY[1].jpg

toile d'Alain Bonnefoit -

  

10/04/2010

le merveilleux d'Aux Merveilleux

 

lille_aux_merveilleux_de_fred.jpg
lille_aux_merveilleux_de_fred2.jpg
lille_aux_merveilleux_de_fred4.jpg
patisserie_lille2_PM.jpg

Le merveilleux d'Aux Merveilleux est un dessert composé de deux belles meringues superposées l'une sur l'autre par une couche de crème au beurre un peu mousseuse et onctueuse, le tout recouvert à nouveau d'une crème plongée dans des copeaux de chocolat pour former un joli dôme... Je ne vous en dis pas plus et vous laisse saliver, je ne suis pas une bouche à sucre mais ceux de Fred sont les meilleurs que j'ai jamais dégustés, alors si vous passez par Lille aprés être venu me saluer, courrez-y! Miam!

 

 

12/01/2010

Youkali

 

Youkali, c'est le pays de nos désirs, 
Youkali, c'est le bonheur, c'est le plaisir, 
Youkali, c'est la terre où l'on quitte tous les soucis, 
C'est dans notre nuit, 
Comme une éclaircie, 
L'étoile qu'on suit, 
C'est Youkali! 

 

 

11/12/2009

en aparté ...

Je me loverais bien là pour quelques heures dans des bras puissants et enveloppants devant un feu crépitant animant la cheminée de marbre noir, je laisserais alors aller mon esprit en vapeurs et inviterais aussi mon corps à se délier à la chaleur de l'âtre pour dans un soupir ne plus avoir qu'à être tout en amour et désir à déguster dans la lumière orange, sigh!

 

 

09/11/2009

too much is not enough

13h44, j'aspire à du sauvage, de l'ardent, du corps à corps.

 

08/11/2009

Mano a mano

 

Danaide=Rodin.jpg

L'opacité d'un bras nu qui se love

la fixité d'une main véritable

l'air immobile que troue le luxe de tes ongles

et l'arène incurvée d'un éternel retour

 

Vers quelle clairière

ira la pointe aigüe du glaive

pour déterrer le plus ancien des trésors

taureau épais

la nature

ou ton corps

que mes mains creusent pour en exhumer le plaisir

 

- Michel Leiris -

 

 

 

21/02/2009

regard

 

gte7cmgq.jpg

" Tout vrai regard est un désir "

Alfred de Musset

 

08/12/2008

désir

 

20060810.jpg
" L'homme est une création du désir, non pas une création du besoin ."
- Gaston Bachelard -

 

22/11/2008

bad is better