Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2011

Le lit

 

C'est le poème spontané de Mokhtar sur mon post Upgrade Nocturne  il y a presque deux mois qui m'a donnée l'impulsion de provoquer cette note commune sur le thème du lit. Le temps que chacun oeuvre dans son coin, trouve l'inspiration, fouille dans sa mémoire ou dans son disque dur ou crée pour l'occasion, il s'est passé un certain temps. Voilà maintenant, le résultat de l'aventure. Merci à tous ceux qui ont eu le coeur à l'ouvrage, pas forcément évident un sujet imposé quoique en l'occurrence celui-ci fasse plutôt rêver, dans le meilleur des cas bien sûr. Le plumitif est parti s'épivarder*, il ne sera pas là pour profiter en direct du spectacle ainsi que de réagir aux écrits et images des uns et des autres et m'a demandé de l'excuser. Je m'empresse de le faire tant j'ai trouvé ce mot* affriolant. Manouche en était elle aussi et m'a devancée, hé,hé. Enjoy vous tous, il y a là un éventail délicieux de trésors en tout genre, une lit-érature tout à fait à propos pour attaquer la rentrée. Aux lits! 

 


Hommage au lit

 

Le lit est plus qu'un poème 

C'est un recueil où l'on cueille

Tant de rêves, tant de sève

Où, enfin, l'on se recueille

Pour se dire que l'on s'aime!

C'est un transport de trêve

Où tous les printemps se sèment

Bien loin des vindictes des glaives!

Après des heures de débats houleux,

C'est la houle des ébats amoureux!

C'est le haut-lieu, le pieu de la prise de pied

Des plus jeunes aux plus vieux!

Il s'ouvre en cieux radieux et pluvieux;

Il n'est jamais ennuyeux!

On y vit et voit toutes les saisons.

S'y marient raison et déraison!

C'est le vrai trône dans toutes les maisons!

 

- Mokhtar El Amraoui -

 

lit 1.jpg

- Photo Laurence Guez -

 

Le lit et la vie

 

Enfant, je faisais de mes blanches couvertures,

Dans mon lit, un abri d'où dépassait ma tête,

Imaginant donc que les sales créatures

Terrées dans les vapeurs d'ombres perdraient leur crête.

 

Adulte, je les ai troquées pour des moutures

Plus sombres; pourtant, dans mon lit, le coeur en fête,

Je rêve la nuit à venir, sens l'aventure

Proche de mon vaisseau aux diaphanes quêtes.

 

Les hiéroglyphes se répondent par échos

Dans mon esprit, ainsi qu'un aurique tricot.

Parfois, je touche la peau d'ambre d'une muse.

 

Mes rêves se mêlent à ma réalité!

Mon lit est un portail d'où les rêveries fusent:

«Es-tu réelle?», dis-je à la divinité.

 

- Guillaume Lajeunesse alias Vieux G. -

 

lit 2.jpg

- Photo Laurence Guez -

 

 

Lit de jour et de nuit

 

J’aime le lit, la lie aussi

Pour le repos du dépôt une fois bue la vie

 

Si j’aime tant les lits

C’est certainement parce que j’y lis

En me liant et déliant

Dans nouvellement des draps blancs

D’un blanc éclatant

Quand la lumière s’y jette

Je m’y jette rêves par-dessus tête

 

De nuit je sors et par allers et retours

Je viens et reviens au rectangle blanc

De haut je vois sa montagne douillette

L’envie de soulever la banquise pour m’y chauffer

Me prends fort et dans la mouillure de mes suaires

Par une saine navigation houleuse

Je surfe sur mes eaux monstrueuses

 

De jour et de nuit je vis dans un lit

Jusqu’à ce que le livre soit reposé

 

- Venise Landry -

 

Hulot b.JPG

- Photo Le Bourdon Masqué -

 

 

 Mon cerveau s’ankylose

 

chus dans une place bizarre et au centre y a un bar

entouré d’un nuage électrique

carré avec quatre grosses portes de style malabar

pis la barmaid a un méchant tic

 

et je réalise qu’une des portes est dans la lune

fait qu’là j’en profite pour subtilement me glisser

près d’une élégante Arabe qui m’a foudroyé

par la gracieuse spirale de son œil lagune

 

même pas eu l’temps de juste me déposer la fesse

elle me saute à la gorge me murmure d’un drôle d’air :

« je suis ta vraie reine ma voix chaude te lacère

je te noie t’englobe enfin te tue de caresses… »

 

là faut que j’fasse kekchose

fini pus d’lit

mon cerveau s’ankylose

j’dors pus fini !

 

mais je refuse de me laisser périr ainsi

non mais des fois j’vous l’dis chus ben trop abruti

mais peu importe le décor change la pièce est blanche

 

le dessin de ma verbalité sur papier

là étalé en tristes gouttelettes qui s’épanchent

et elle penchée qui s’apprête à se les sniffer

 

courbant le dos j’amène l’énergie

entre mes omoplates pour m’élever comme si

j’étais un immense ballon qui prend du galon

je lévite sauf que là y a l’plafond

 

juste pour me contrépiphanier

je r’bondis inquiet ravi rieur énervé

avant de m’éveiller tout à fait en sueur

empoissé de rêveuses frayeurs

 

là faut que j’fasse kekchose

fini pus d’lit

mon cerveau s’ankylose

j’dors pus fini !

mon cerveau s’ankylose

j’dors pus fini !

mon cerveau s’ankylose

j’dors pus fini !


podcast

- Texte et musique - Michel Plamondon alias Le Plumitif -


 

écriture,poésie,photographie,lit,échange,blog,amitié,humain

- Photo Le Bourdon Masqué -

 

LITS

 

Depuis un moment je m'escrime sur ce thème, et rien, rien, rien de rien. A part des tas de banales conneries, qu'est-ce qu'on peut bien sortir sur un lit, bordel ? qu'on est content de se foutre dedans tous les soirs, emmerdés de s'en lever le matin pour aller gratter ses miettes ?

Quoi en dire, si ce n'est qu'on y naît (en général), qu'on y crève (assez souvent en occident, ailleurs c'est pas dit....), qu'on y souffre, qu'on y dort ou qu'on y baise ?

Qu'on y fait tout ce que vous voulez sauf y vivre, excepté les paraplégiques qui n'ont plus d'autre horizon que le plafond ?

Sauf y vivre.

Un lit, ce truc de civilisé issu de la croisée des siècles. Rien qu'un foutu meuble. A la base, pioncer, ça se faisait par terre. Pas confortable, on a rajouté des feuilles sèches, qu'un jour on a su tisser en natte, puis des fourrures - enfin je suppose.  Puis quoi, ensuite ? un sac de tissu rempli de foin, de paille, de plumes ? un matelas. D'abord ça. Mais pour isoler de l'humidité du sol et du froid, surélever sa couche, c'est mieux.

Alors, un cadre de planches sur pieds ? un lattis supportant le matelas ?

Voilà, on y était, au lit. Bon, on a fait ça de matériaux divers et de formes diverses, mais ça reste toujours un truc pour dormir dans le confort, quoi, au chaud, quelque part.

Et qu'est-ce qu'il y a à dire de plus là-dessus ? déblatérer sur les ébats qu'on s'y donne ? Histoire de se rassurer sur la réalité de nos vies sexuelles ? Parler de tous les morts qu'on y a vus rendre l'âme, de tous les malades auprès desquels on s'est tenu ?

Un lit. Cet espoir de l'esclave harassé, ce repos attendu, ce lieu redouté des insomniaques chroniques......

Ce qui manque chroniquement dans tous les hôpitaux, les lieux d'accueil, les refuges.

Un lit. Ce truc depuis quoi on regarde les araignées arpenter le plafond, sauf quand on a fait le ménage, en ressassant ses soucis....parce que quand on regarde nos joies, ce sont elles qu'on voit, plus le plafond.

 Un lit. Juste un foutu meuble, rien d'autre.

 

 - Anne des Ocreries -

 

Hulot d.JPG

- Photo Le Bourdon Masqué-

 

Certains soirs, 

seule au creux de son lit, 

elle s'abandonnait aux souvenirs brûlants de leurs nuits.

Elle pensait à lui.
A son sexe dressé, si doux sous ses baisers.
L’image de son corps revenait.
Fulgurante.
Puissante.
Un frisson la parcourait.
Et sa main descendait, frôlant son ventre comme il le faisait lui,
S’égarant avec volupté vers son sexe
Humide et chaud
Lorsqu’elle fermait les yeux elle revoyait les siens
Leur douceur tout à coup enflammée par l'envie
Son désir décuplait et son corps, vibrant sous ses doigts
s'abandonnait enfin à la douce caresse
Délice
Abandon
Elle entrouvrait les yeux
Il venait, sans le savoir,

de lui offrir du plaisir.
Un délicieux plaisir.

 

- Pieds sur terre

 

 

Lit_ete11.jpg

 

Rien ne s'oppose à la nuit

Le lit ressemblait ce matin a un vaste chantier labouré et pétrifié par ma sourde mélancolie. 
Battre la campagne et battre en retraite juste après. 
J'ai aimé abandonné mon corps aux rayons du soleil, et ce fût chaleur, moiteur, sueur poisseuse mais filets ambrés qui s'accrochaient au moindre carré de peau à tanner. 
Ma superdose de vitamine D.
L' été me préservait jusque là de mes sentiments mortifères, mais ma vieille caboche jugeait que l'abandon aux jouissances de l'été servaient un puit sec et m'envoya valdinguer un instant vers l'assourdissant espace du vide - celui où je n'entends plus rien remuer en dedans. Cette étrange pulsation de n'être plus.
La position horizontale me semblait alors la mieux à même pour me sortir de là et de ré-ouvrir l'ouvrage de saison: "Rien ne s'oppose à la nuit ".
.
 
 
.
- Photo et Texte Laure Kalangel alias Lorka -

 

 

 

Dinde Dorée 

Nouvelle de Guillaume Pâquet 

 

Samedi soir, 10 heures et 10. Je suis dans la chambre, assis devant l’ordinateur. Je clavarde avec quelqu’un qui dit être une lesbienne de 23 ans, portant du 36 c et habitant Repentigny. Jeanne est dans le salon avec son frère. Ils écoutent un film d’horreur, un de ces films de peur japonais que les Américains ont cru bon refaire avec des actrices blondes et des villes aux noms plus familiers. Terreur à Mobile, Alabama !

La conversation avec la lesbienne s’enlise depuis un bon moment, elle doute de l’authenticité de mon identité. Les hommes doivent payer pour chatter ici, pas les femmes. Je me suis inscrit comme fille, j’ai pris une photo sur un site de soft porn et voilà. J’ai 25 ans, je suis bisexuelle, enceinte et mon chum me joue dans le dos sur des sites de rencontre virtuels. La lesbienne veut entendre ma voix. Je change de sujet et je lui demande ce qu’elle porte. Autant en venir au but tout de suite. J’attends la réponse impatiemment, je fais une recherche sur les autres femmes en ligne, je regarde leurs photos. Sans trop savoir pourquoi.

Les chats se mettent à courir dans le couloir, une longueur, deux longueurs. Brom Brom brom Brom-brolom krrr krrr krrrr. Leurs griffes graffignent le plancher. Ils sautent, se lancent par terre, le plancher vibre un peu, Colette a pris du poids depuis la grande opération. Pause. Je les regarde par le cadre de porte de la chambre, ils se font face et se préparent pour d’autres longueurs. Les deux ont les yeux noirs, les pupilles sont dilatées au maximum et leurs queues branlent vigoureusement.

Je sors de la chambre, j’en prends un dans chaque bras et je les enferme avec Jeanne et Luc, dans le salon, à l’autre bout de l’appartement.

En revenant devant l’écran, la lesbienne me dit qu’elle doit quitter. Pas grave, ça n’allait nulle part.  Une partie de moi se réjouit et se met à espérer que nous (c’est à dire toutes les parties de mon corps et de mon esprit qui ne sont pas intéressés par les relations adultères virtuelles) allons passer à quelque chose de plus constructif.

Je fais taire ma bonne conscience en m’adressant à ce qui semble être une femme de 36 ans. Elle dit être mariée, bisexuelle et à la recherche de discussions cochonnes avec des femmes. Excellent, pas de taponnage avec ce genre de personnage. Surtout pas besoin de faire vérifier trois fois son identité avant de les sauter virtuellement.

 Ça sonne à la porte, dix heures et vingt.

Je quitte Exploder, me déconnecte de l’internet, me lève, vérifie que je ne suis pas en érection et je me dirige vers la porte d’entrée. Jeanne est dans le cadre de porte du salon et attend de voir qui sonne, elle tient Colette dans ses bras. Comme je m’approche, la porte s’ouvre, c’est le voisin d’en bas, qui est aussi le propriétaire. Il entre. Je me recule un peu. Il titube et respire fort. Il pue l’alcool. Je vois dans ses yeux que c’est à propos des chats

— Salut

— Allô

— Z’ai essayé d’appeler, zc’était toccupé

Il me tend des papiers

— Ça cé lé… lééé…

Il a la bouche grande ouverte, il lui manque une incisive inférieure et il en a une autre qui branle et vibre pendant qu’il parle. Il s’est peut être battu ? Peut-être a t’il goûté à la médecine de ses escaliers glissants?

— Cé le… lééé…

— Les T4 ?

— Lé T4.

— Ok.

Il me tend les papiers, je les prends.

Ses yeux regardent par dessus mon épaule et semblent chercher les chats.

Sa dent tremble à chaque respiration, elle semble tenir le coup malgré tout. Il prend une grande inspiration et s’appuie sur le mur, il lui reste un autre papier.

— Ça cé lé… la…

— L’avis d’augmentation de loyer ?

— Ouain.

Il semble offusqué que je ne l’aie pas laissé finir sa phrase tout seul. À jeun il parle avec un accent portugais. Quand il est saoul comme présentement, ça se confond, son accent devient presque exclusivement ivre international.

Je prends l’avis, 10 piasses de plus à partir de juillet. Comme l’année d’avant. Et les deux autres d’avant. Et comme l’année prochaine fort probablement. Le loyer est encore abordable, il a du rattrapage à faire pour rejoindre les prix du marché.

Jeanne s’approche et se place derrière moi, je lui donne les papiers.

En voyant ses yeux je comprends qu’elle devine ce qui s’en vient. La colère lui fait froncer les sourcils.

Ça fait trois ans qu’on marche sur la pointe des pieds pour ne pas qu’il se plaigne du bruit, et il s’en plaint quand même.

Il a appelé la semaine passée à huit heures du matin parce que les chats venaient de faire une petite longueur d’appartement. «J’ai le droit de vouloir dormir à huit heure si je veux.»

Le lendemain, à sept heures du matin, il était sur le toit du bloc pour déneiger. Il a vraiment bien déneigé la partie au-dessus de notre appartement.

Il possède deux canaris et souffre probablement d’ailourophobie.

— La zlé CHATS, ça pu PU continuer !!

Il monte le ton, se serre les mâchoires et peut-être sent-il que je regarde sa dent car il tente de la cacher derrière sa lèvre inférieure. Ça provoque un zézaiement qui rend la discussion encore plus dure à supporter.

— Ben là, spask yé yenk 10 heures…

— JZ’ m’en FOUS !!!! On écoute tutte en bas !! TUTTE !!

Je lui fais timidement signe de baisser le ton avec ma main.

— ZSS’cusez, qu’il siffle entre ses dents. Il se pince les lèvres avec l’index et la moitié de pouce qu’il lui reste (accident de scie ronde), les trois autres doigts de la main en l’air. Il lève l’autre main en signe de pardon et réprime un rot.

— On écoute tutte pis là ccccé là quatrième fois que jze vous le dis. Cé t’assez.

— Je sais qu’on entend tout. Tsé, j‘veux pas partir de guerre mais juste avant hier, vous êtes rentrés à 2h de matin, pis vous étiez pas vraiment discret, pis des fois, vos canaris-

— Ah BEN Les CHATS qui COURENT PARTOUT dans l’appartement à dzeux Troizeure du matin z’en VEUX PU ! VOUS avez DIX jours pour faire DIZSSPARAÎTRE Les CHATS-

Jeanne passe la tête par dessus mon épaule et s’insère dans la conversation, je sens son ventre gonflé contre mes reins.

— Han ?

 Le propriétaire se remet l’index et le majeur sur les lèvres. Il lève l’autre main en signe

de pardon

— 10 jours pour faire dizsparaître le BRUITS des chats !

— Ben là j’m’excuse monsieur Miranda, mais je pense que vous êtes présentement pas en état de me dire quoi faire. Vous êtes-

— MA QUESSZ ÇA FA que JEU ZSSOIS comme je zssuis LÀ. JE ZSSUIS PAS DANS MON AUTO !

Il mime qu’il tient le volant.

Je regarde Jeanne dans les yeux, elle recule en me fusillant sur place du regard.

Je me retourne vers Miranda, j’essaie de gagner un peu de sympathie, je sais qu’il est divorcé, je roule les yeux en voulant dire « …les bonnes fammes… quessé tu veux fére…». Il se calme. Un peu.

— Jze suis chez moi, jze dérange pas personne, zeu suis pas dans mon auto, et les CHATS courts partout !!!

Il reprend ses arguments comme ça deux trois fois, en boucle. 10 jours d’avis, et puis quoi après les 10 jours ? C’est pas spécifié. Je ne m’objecte que symboliquement. Comprenez monsieur Miranda, le minou est tout jeune.

Il ne veut rien entendre.

L’idée me vient sporadiquement de le pousser en bas de son escalier glissant, juste pour voir ce qui se passerait avec sa dent qui branle…Mais je suis poli.

Je n’ai jamais été très menaçant dans ces situations. Toujours eu peur de déplaire, de me faire haïr. Un bon ti-gars qui dit jamais un mot plus haut que l’autre et qui roule des yeux quand c’est le temps. «On l’entends pas ! Tout le temps en train de lire oubedon de jouer dans sa chambe !» «aye, si mon Michael pouvais-tu êtes tranquille de mingue !»

Il finit par s’en aller au bout de 5 minutes. J’ai les mains qui tremblent.

Luc, le frère de Jeanne, est dans la porte du salon, il tient le chaton Daniel.

— Dix zours ! Cétacé 

— Ça PU PU continuer, que je lui réponds mollement.

Le film vient de perdre de son intérêt, il s’en retourne chez lui.

Après l’avoir salué, je vais me prendre un verre d‘eau, j’en renverse un peu en regardant mon verre trembler dans ma main. Jeanne est dans le lit, et tient un oreiller entre ses bras. Rageuse.

— Le vieux CÂLISSE... Vieux crisse de saoulons ! Ça va être quoi après ?? Pis ça va être quoi quand le bébé va être là ?!?

— Ché pas… Par contre, euh…C’tait pas le move de la soirée pareil, dire à un gars saoul kié saoul. Tsé, ctait quasiment comme y demander d’hurler plus fort…

Je me déshabille en la regardant du coin de l’œil, anticipant sa réaction. Je me glisse furtivement sous les draps, elle n’est pas dupe et sait que je veux éviter son regard. Elle s’appuie sur son coude en me regardant.

— Fallais tu que j’y amène une biére en plus ?? Tsé, cibouère…Na-non y reviendra nous vouère quand y s’ras à jeun le vieux câlisse ! Pis pourquoi y capote tant que ça après les chats ? Y courent 10 minutes dans journée pis c’est beau…

— Ptête que son ex-femme aimait les chats…

— Pis ? Y est pu avec là, y pourrait nous câlisser patience yenk une fois dans sa vie. J’haïs assez ça des vieux niochons d’même là… 

— On fait quoi ? On met les chats dans le salon ? Ek litière ? Au moins si y courent, ça va juste être dans ste pièce là.

— Ça va être le fun de regarder la télévision…

— Spa toé qui dis kia yenk dla marde à Tévé ? Tu vas avouère une Tévé en odorama…

— …

— Quessé tu veux qu’on fasse de plus, y capote, yé saoul pis y veux rien comprendre... Couche toé donc, tu te fatigues pour rien avec ces niaiseries-là.

— Ouin… mais j’ai quasiment hâte pareil d’entendre le bébé brailler à 4 heures du matin, juste pour que ça lfasse chier…

Elle termine sa phrase en m’embrassant. Je ferme la lumière.

Je m’endors en pensant à mon match de hockey cosom du lendemain, je suis en train de casser la gueule à deux-trois morons en même temps. La preuve que je rêve.

Je me réveille en pleine nuit, cauchemardant que j’ai furieusement envie d’aller à la toilette. Je sors du lit et en posant le pied par terre je me rends compte que ça ne va pas du tout. Pendant que je cours silencieusement vers la salle de bain, je refais vite une liste de ce que j’ai mangé et bu. Ça ne peut pas être pas la bière, j’en ai bu juste deux. Peut-être la poutine et le Roca Cola…

Dès que je m’assois sur le banc de la toilette, ça sort. Comment est-ce que ça peut se liquéfier comme ça ? Je sens que ça remonte vers le haut aussi. Une onde de souvenirs échoue en même temps dans ma tête. Je revois toute les fois où j’ai réussi à refouler les envies de vomir depuis que je suis petit. C’était pour moi une fierté à chaque fois. Je réussissais à repousser le mal, quelqu’un s’en rendrait compte un jour, j’en étais certain. On m’adulerait bientôt!

Pas ce soir, ce soir c’est trop fort. Aucun rempart ne peut résister à ce qui s’en vient. Je dois me lever prestement de la toilette, la flusher pendant que je me retourne et que je m’accroupis pour vomir. C’est une explosion, un raz-de-marée, la toilette se vide pendant que je la remplie. Les spasmes secouent mon ventre, mon dos, ma gorge. J’ai de la sueur au front et je ne distingue que vaguement les restes de mon souper qui virevolte dans l’eau montante. Puis l’accalmie, l’œil de la tempête ? La pensée que je puisse rater la partie de hockey du dimanche m’apparaît et me redonne un peu de volonté de combattre. Sans grand résultat. Une autre vague me happe. De la bile. Ce sera quoi après ? Mon corps se crispe, luttant contre l’absurdité d’expulser du vide.

Ce qu’il fait, une fois, deux puis trois fois. Plus rien ne sort, mon ventre se contracte, mes épaules se haussent à chaque fois et se replient vers l’avant, je beugle et j’ai les larmes aux yeux. 

Qu’est-ce qui m’a rendu malade ? La sauce brune ? Le fromage ? Un virus attrapé dans le métro ? Non… Il faut que ce soit le Roca Cola. Absurde. J’ai pourtant un drôle de goût dans la bouche, c’est sur et sucré.

Je m’assois sur les tuiles froides de la salle de bain en m’adossant contre le mur et je regarde mes mains sous la lumière de la veilleuse, elles sont blêmes et tremblotantes.

Ça fini par se calmer. Je retourne me coucher, il est 4 heures du matin. Je ne dormirai plus.

C’est chaque fois pareil. Je me revois dans ma chambre d’enfant à Amqui, sur mon minuscule lit, recouvert d’un couvre-lit en forme de voiture parce que mes parents ne pouvaient pas m’acheter le lit en auto. Malade, fiévreux, apeuré par tous les bruits que je peux entendre. Effrayé par le vieux merisier qui fait grincer ses branches mortes sur la vieille tôle du vieux garage Fournier. Terrifié par le toit de la maison qui craque sous la neige et les froids de février. Intrigué parfois par ces rares visiteurs dans la cuisine qui parlent pendant que je suis malade. Tous les commentaires que ces gens disent qui me concernent peut-être. Qui ne parle pas de moi du tout finalement.

Et toujours cet inconfort, ce marathon dans mon lit, mon repère, cette nausée qui empêche le sommeil de prendre racine. Et la tôle qui grince. Et ce lugubre merisier qui n’a jamais rien donné.

J’entends les chats qui commencent à courir.

Les Canaris à l’étage en dessous ne semblent pas être dérangés.

 

Dimanche. Huit heures. Je regarde Jeanne dormir. Ma main sur son ventre rond, j’attends, espérant sentir les mouvements de mon fils. Ça ne vient pas. Il doit dormir.

Tout est tranquille, pas de bruits dans l’appartement. Il fait soleil dehors. La chambre est pleine de lumière. Une voiture passe sous ma fenêtre. J’entends sous ses roues le bruit de la neige fondue par le soleil encore faible de février, le calcium et le va-et-vient matinal des clients du marché Jean-Talon. Je place mes bras derrière ma tête, j’essaie de m’imaginer avec un bébé dans mon lit, le matin. Un matin comme celui-ci. Une onde de fierté monte en moi. C’est agréable et incontrôlable, ça me dépasse largement, je le sens.

Après un temps, l’angoisse de subvenir aux besoins de cet être tout neuf se fait sentir et mon ventre bascule presqu’à nouveau.

La journée se passe en mode « lendemain de veille ». La matinée à vomir ou non et l’après midi à errer comme une âme morte dans toutes les pièces de l’appartement. Je fais quand même un effort supplémentaire pour ne pas trop faire de bruit. On prend bien soin de séparer les chats le plus longtemps possible. Le loyer est vraiment pas cher et c’est tellement bien situé.

 

Lundi. Daniel a un rendez-vous pour se faire castrer et je dois l’amener chez le vétérinaire avant d’aller travailler. Il neige doucement ce soir, c’est paisible. Les sons de la ville sont étouffés, le quartier semble être devenu un petit village tellement c’est tranquille et moelleux comme ambiance. Cinq centimètres depuis ce matin, ça fait du bruit quand je marche. Cronche, crounche, cronche. Je suis encore vaguement dans les nuages comateux de ma crise de vomi de la nuit de samedi, les épaules endolories.

J’arrive au coin St-Zotique/St-Denis. C’est l’heure de pointe, les voitures roulent comme en temps normal, vite et mal, mais on les sent plus vulnérables, incertaines dans les cinq centimètres de neiges. Je sens Daniel trembler. Une maman passe avec sa petite fille assise dans un traîneau. La maman regarde la cage : « regarde Mégane ! Un ti-minou ! » La petite mange un biscuit, elle le tient à deux mains avec ses mitaines, ses yeux sont presque cachés par son capuchon. Elle me regarde en passant sous mon nez et s’éloigne en se laissant traîner par sa mère.

La lumière change au vert. Une voiture descendant St-Denis qui croyait avoir le temps de passer freine et glisse en silence sur 2 mètres. Elle s’arrête finalement en plein milieu de la rue et repart avant que les Klaxons se fassent entendrent.

 

St-Zotique/Christophe-Colomb, j’enjambe un pare-choc gisant sur le trottoir et je regarde des deux cotés de la rue avant de traverser.

 En entrant chez la vétérinaire, j’ai l’impression que j’apparais dans un mauvais téléroman. Il y a un chat qui dort sur le comptoir près de la caisse enregistreuse, un couple flatte un grand Danois en lui disant des mots doux, une employée place des sacs de moulés dans une étagère, et une vieille madame sort d’une salle d’examen avec son caniche dans les bras, suivi de la vétérinaire.

— Jvous rmarci donc ma tite madame, ché pas ske j’aurais faite si y avais fallu que mon ti-Bijou toffe pas l’opération. 

— C’était rien madame Larose. Y va être ben correct votre Bijou.

La vétérinaire doit avoir à peu près mon âge, fin vingtaine, rousse, yeux verts, nez fin. Sarrau vert, uniforme, on imagine déjà une romance entre le personnage principal et la jolie docteure animalière... Elle se dirige derrière le comptoir et regarde des dossiers. L’employée qui plaçait les sacs s’approche de moi.

—  Oui ?

—  Je viens porter mon chat, Daniel, il se faire opérer demain.

Je monte la cage au niveau de son visage. Daniel la regarde.

— Suivez-moi s’il vous plait.

Elle m’emmène dans une autre salle d’examen qui donne sur une pièce pleine de cages. Elles sont presque toutes occupées. Un Gros Labrador noir se lève et me regarde de derrière ses barreaux.

L’employée installe Daniel sur une table en acier inoxydable, l’examine, il rechigne un peu, à peine.

C’est qu’il est bien élevé ce chaton ! Cinq mois ! Il ramène la balle ! Je ne me contrôle plus, un scénariste vétérinaire s’est emparé de moi, je suis un personnage, un caméléon sans personnalité, qui se transforme au gré des rencontres. Pour le moment je suis : le plus très jeune adulte en mal d’être qui est en admiration devant son chaton et la vétérinaire rousse au nez fin (qui palpe au même moment les bourses d’un grand Danois).

L’examen de Daniel se termine, l’employée me demande de faire rentrer Daniel dans sa cage.

— Oh, d’habitude, il entre seul dans sa cage.

Le chat essaie de sauter en bas de la table de stainless, ne semble pas vouloir y entrer. Il miaule en me regardant, je le rentre dans la cage.

— Vous allez pouvoir venir le chercher demain vers 6 heures.

Retour, marche en sens inverse vers le métro, vers la masse qui retourne à la maison.

Je pars travailler.

Même procession de véhicules, arrêt, départ, arrêt, départ, klaxon.

J’arrête au dépanneur, j’achète un billet de loterie, la Dinde Dorée.

Un jour je gagnerai peut-être, je pourrai réaliser mon rêve de sacrer à la TV :

«Calisse de tabarnak ! Jvas pouvouère rembourser mon prêt étudiant !!!»

Je gratte, le billet, je jette le billet.

Une longue file de gens épuisés aux yeux morts attendent pour embarquer dans l’autobus, la porte s’ouvre, le chauffeur est sémillant, il est assis de façon à faire face aux gens qui entrent, il les salut tous, les remercie. Parfois il reçoit un sourire, une réponse.

J’approche de la porte de la station de métro, encore la même surprise qu’hier et que demain, la résistance de la porte, le vent froid qui s’engouffre. C’est lourd, je pousse avec les jambes, je force. Une femme sort, je lui tiens la porte. Son regard est vide, les yeux morts. Elle m’ignore et sort. Je secoue mes bottes, j’entrevois mon reflet dans la fenêtre, je lâche la porte et j’entre, les yeux morts.

 

 - Guillaume Pâquet, alias Gomeux - 2004-2011 -

 

 

écriture,poésie,photographie,lit,échange,blog,amitié,humain

- Le lit par Nancy Mc Donald - alias Mc Doodle -

 

 

 

Josée Limoges

Fait l’Achat d’un Grand Lit 

Extrait du roman Oro Negro, à paraître

©Éric McComber 2000-2011 

 

Quand on a commencé ce truc dingue avec Jaja et Émilio, on s’est vite rendu compte qu’y faudrait un terrain de jeu digne de nous. Jaj et moi, on est toutes petites, mais Émilio, c’est un tronc. Puis, on est... Disons, actives, toutes les trois... Une demi-journée de magasinage m’a convaincue qu’il valait la peine de réfléchir.  

Ainsi, la première tentative d’amélioration que j’ai proposée était l’addition sous le futon d’une feuille de « coquilles d’œuf ». Nonobstant un effet positif sur l’émission de craquements et une quasi imperceptible augmentation de hauteur, je ne suis pas convaincue. Eux paraissent ravis, mais ils ne sont pas perfectionnistes comme moi.

— Mette lé pas enn-déssous, mette lé par déssous...  

Xhana est incapable de prononcer le son « U ». Malgré tous ses efforts ― ce qu’on a rigolé avec le mot « aiguille » ―, elle ne parvient toujours pas, après deux ans au pays, à prononcer différemment « dessous » et « dessus ». En conséquence, elle accompagne maintenant ces mots d’un geste de la main... vers le plancher pour « dessous », et vers le plafond pour « dessus ». À pisser de rire quand elle a les mains chargées de sacs d’épicerie et qu’elle tente de m’indiquer dans quelle partie du réfrigérateur je dois ranger le gigot :

— Pas déssous, déssous ! Naoon, Josée, déssous-déssous-déssouuuus ! Ay, puta que pario !… Que língua estúpida !  

Magnanime, je fais comme si de rien était, et je daigne bien tenter l’expérience (de la feuille de coquilles d’œuf sur le DESSUS). Déception. Évidemment. Sentir, juste sous le drap, cette vile matière qu’est la mousse. Non. Ils peuvent bien m’appeler princesse aux petits pois... Émile qui évoque ses années chez les scouts et Xhana qui me fait la morale en parlant de Cidade de Deo... Lourd. Tant pis... Je suis qui je suis, je m’assume, je ne dors pas dans ces conditions. Histoire de parvenir au sommet, je vais aller au bout du monde.  

Ce qui est bien, quand on va loin, c’est que ça fournit toujours une excuse pour voir Élizabeth. Elle est la seule personne qu’on connaît dotée d’un véhicule à carburant. Ça se termine chaque fois à trois ou quatre mains sur ses immenses lolos. C’est ainsi, que voulez-vous, son mari les néglige. Ah, l’autre jour Émilio y allait entre les deux pendant que Jaja et moi on... Enfin.  

Une fois rendues sur place toutes les quatre, au coût d’un grave torticoli parce que, dans sa voiture, le courant d’air lui durcit les aréoles et que je suis assise devant, tout au long d’une magique odyssée à travers les landes défigurées par les bétons du progrès, nous voilà en train d’essayer des pajots dans l’immense rayon des lits du Gros Scandinave.  

Un jeune vendeur s’approche. Uniforme bleu et jaune. Il nous regarde toutes les quatre, affalées dans un Byornsk ; T-grand /tiroir à roulettes - Omskö.

— Pt.

Il sourit.

― On peut vous aider, mes petites madames ?

Nous lui rendons son sourire. Surtout Zabeth. Elle a toujours aimé sourire. Voilà une bonne occasion. Elle sourit. Nous sourions.

— On cherche un lit.

Rires.

— Vous êtes à bonne place.

Sourires. Il se gratte la gorge.

— Hm.

Il fait de petits bruits avec ses lèvres, comme s’il embrassait l’air.

— Pt.

Les soirées ont l’air longues, chez le Gros Scandinave. Il ose :

— C’est pour le ou laquelle de vous autres ?

― Ekh, ekh, ekh.

Nous rions.

— C’est pour toutte lé quatre.

Ah, la discrétion sophistiquée de la Panzera qui s'assume.

— Pt-pt.

— À nous nous aime dé sé faire l’amour à trois. Nécéssité oune grande matélas. Plous grande qué o double. Des fois notre amie Zabeth sé joigne à nous, aussi.

Élizabeth rougit et sourit plus encore. Le vendeur tente de demeurer professionnel mais n’arrive pas à arracher ses yeux de la charismatique encolure de la Saint-Brunoise. Émilio se cache la tête entre les doigts. Le vendeur met une main dans sa poche, ce qui ne nous fait que mieux voir ce qu’il tente de dissimuler.

— Pt. Hm.

Et puis encore :

― Pt.

Il décide enfin :

— Ooon vous laisse regarder, alors ! 

Il se sauve. Bon. Je tombe amoureuse (avec l’aide de mes trois collaboratrices) d’une grande base en bois. Miam. Je sens déjà le sommeil me bercer entre ses grandes lattes suaves. Nous repartons de l’ambassade de Suède armées de nombreuses boîtes de carton et passons la soirée à assembler la chose et la nuit à la tester. 

C’est le lendemain que l’idée géniale me vient. Ma Joconde, à moi. Bon. Recouvrir le recouvrement... De cette vieille douillette en coton qui traîne, dérisoire, au fond d’un placard. Comme ça respire et que ça vit et tout et tout... ben, l’épaisse douillette non seulement contrecarre l’effet désagréable, tant tactile qu’olfactif, de la mousse, mais en plus ajoute au moelleux de l’affaire. Le résultat est immédiat. On l’essaie, on l’adopte. Toute la matinée, tout l’après-midi, même après le départ de Zabeth, puis celui d’Émilio, on peut plus s’arrêter. Je crois, sans vouloir exagérer, que notre lit est sans doute le plus confortable et le plus propice aux ensuquades de stupre de toute la Terre. Grand. Ferme. Solide. Moelleux. On le mangerait.

 

- Eric Mc Comber -

 

Lille b.JPG

- Photo Le Bourdon Masqué -

 

Max

 

Je m'appelle Max, suis une espèce d'hétéroptères de la famille des Cimicidae, un cimex lectularius pour être plus précis. Une punaise de lit. Je suis plutôt de nature nocturne et me nourris de sang humain comme les vampires à moindre dose, forcément, je suis beaucoup plus petit. J'adore l'odeur du dioxyde de carbone que libère la chaleur des corps, ça m'éclate, c'est tout juste carrément tripant, un pur extase! Les individus dans mon genre ont une espérance de vie n'excédant pas une petite année, mais moi, je suis un être à part. Sur mon berceau les fées se sont penchées et, après une concertation longue et douloureuse ont décidé de me donner dix longues années. Neuf pour étudier mon environnement et une dernière pour l'écrire et le consigner afin d'offrir aux générations futures de quoi réfléchir et rêver. Ainsi ai-je vécu dans le lit d'une chanteuse de jazz dans le Bronx, dans le lit d'hôpital d'un vieillard infirme et difforme dans le New-Jersey. J'ai squatté  aussi quelques sofitels haut de gamme un peu partout dans le monde, me servant des valises diplomatiques pour voyager. J'y ai vu des vertes et des pas mûres. Je ne vous dis pas la dose de secrets défense que je trinqueballe! J'ai toujours eu la bougeotte, démuni d'ailes il m'a fallu être inventif et astucieux. Un véritable Indiana Jones des oreillers et traversins. Au bout de moultes épopées en tout genre, j'ai élu domicile pendant plus de deux ans dans un appartement, sur le Plateau, à Montréal chez un écrivain noctambule, bigrement riche et imaginatif. Un lit au draps rouges qui fleuraientt bon le fauve, les parties de fous rires, les nuits d'ivresse chaude et les délires chatoyants d'une nature hors norme. J'ai plus appris chez lui, ma piqûre régulière une fois tous les trois jours, en partageant ses lectures, ses rencontres, ses coups de sang, ses coups de fil rares et ses visionnements érotiques, comiques, tragiques et burlesques qu'en trois longues années de carrière de part le monde. Il pestait parfois râlant que je me serve sans lui demander son accord à sa cheville ou ses fesses, mais n'a jamais pris les gros moyens pour me faire sortir de sa vie. J'ai vu grâce à lui plus de films que je n'aurais pu voir, nous avions les mêmes horaires, dormant de jour, vivant de nuit. Je m'installais peinard sans qu'il le sache tout près de sa joue assis en tailleur multi-pattes sur son oreiller Spiderman, je me sentais, disons, ainsi, comme en famille et j'ai pu parfaire mon vocabulaire à l'écouter mettre ses textes à l'épreuve du gueuloir comme le faisait Gustave. J'y serais bien resté jusqu'à la fin de mes jours. Les chairs délicates qui se pressaient chez lui ne manquaient ni de saveurs ni d'intelligence à l'entendre, je n'y ai pas goûté, je ne pique pas ces dames. Je pensais même y écrire mon livre. Mais un événement chamboula tous mes plans.

Un jour d'Octobre 2009, il prêta son lit à un couple d'amis venus de la vieille Europe. Des ch'tis. Je n'avais pas encore à ce jour foulé le territoire français, la tentation d'y goûter l'emporta sur ma vie de coq en pâte et je quittai la mort dans l'âme mon vieil ami québécois pour venir m'installer à Lille dans un lit conjugal ne manquant pas de piquant ni d'exotisme. Là, dans mes nouveaux quartiers, je me pris d'amitié pour deux vieux acariens, petits et laids, un humour à la Woddy Allen et une grande connaissance d'un terrain qui m'était étranger. Je me suis aussi acoquiné de trois gracieuses araignées longues fines et érudites ayant beaucoup de conversation, cuisinant à merveille en chantant de veilles ritournelles poétiques. Mais, mais, mais surtout j'ai découvert le corps d'une femme immense, royale et sublime dont je suis tombé raide. Je n'avais encore jamais de ma vie croiser pareille créature et j'espérais ne pas mourir avant d'en avoir fait le tour. C'est la première fois dans mon existence trépidante que j'ai envie de tout savoir d'un corps, je veux tout connaître d'elle, tout explorer, la boire millimètre par millimètre, parcourir ses recoins, ses trésors cachés, inhaler ses odeurs les plus secrètes, savoir tout de ses pensées les plus intimes et tout de ses rêves les plus enfouis. J'ai joui tous les jours dans ses draps rayés à entendre son coeur battre et son souffle doux régler le rythme du temps. J'ai compris ce qu'est la souffrance d'attendre quand elle tardait à venir s'allonger, comme celle de désespérer à la voir se lever plus tôt que d'habitude. J'ai haï son mari suffisamment taillé pour la prendre, détesté son ordinateur avec lequel elle passe des heures, envié ses enfants qui viennent lui parler assis au bord du lit et voulu pouvoir être ce livre qui l'a fait rire, celui qui l'émeut, celui qu'elle re-feuillette sans cesse, ce livre écrit par celui là-même que j'ai quitté pour elle. Comme ce vaste monde est petit!

Un soir n'y tenant plus, j'en ai voulu davantage. J'ai dérogé à mes principes et dardé une humaine femelle. Je n'avais pas encore osé goûter de plus près à sa peau sucrée et au sang qui bouillait dans ses veines de peur quelle ne me congédie sur le champ par je ne sais qu'elle opération commando de nettoyage. Nombre de mes congénères avaient été exterminés ainsi et avaient vu leur temps de vie se rétrécir encore plus vite, violemment. J'ai piqué à la cuisse, pas trop profond pour qu'elle n'en souffre pas, mais longtemps, vraiment longtemps, avec délectation je me suis avalé un merveilleux festin royal. Je pensais avoir été on ne peut plus délicat mais la superbe avait l'épiderme fin d'un bébé fraîchement né et n'a pas manqué de s'en plaindre à grands cris dès son réveil. Alors, pendant plus d'une semaine je me suis fait encore plus minuscule que d'habitude. A peine s'y j'osais respirer. La crainte a entraîné la perte de mon appétit coutumier et légendaire au point d'ailleurs que mes amis s'en inquiétèrent. Pas de bombe au pyrèthre végétal, pas de grand retournement de printemps, pas de battage de matelas. Ouf! J'ai pu en me tenant à carreau rester ainsi dans le creux de ma belle. Je n'ai pas rempli ma mission, je n'ai pas écrit. Du moins pas le livre qui m'avait été commandé à la naissance, non, j'ai préféré élaborer un conte, celui d'une punaise de lit devenant un grand homme pour donner à sa douce tous les plaisirs du monde et l'honorer chaque jour de la puissance d'une passion sans cesse renouvelée par les grâces d'un amour fécond, motivant et complice. Peut-être qu'un jour, on en fera un film! En attendant, moi, je le vis éveillé, ce conte merveilleux. Ce lit là sera certainement mon dernier. C'est tout le mal que je me souhaite.

 

 - Helenablue -

 

écriture,poésie,photographie,lit,échange,blog,amitié,humain

- Photo Le Bourdon Masqué -

 

Sans lit dessous.


-Le lit til-t’il ou si il ilt ?
-Non, il ilt le lit, il ilt.
-Comment ilt ? Til non ? ? ?
-Jamais lit til, il ilt comme ceci ce lit.
-Einh ! Il ilt toujours comme ça ?
-Si si, ce lit, ilt comme ça, comme ça et encore, et encore.
-Bravo, qu’il ilt mais s’il til pas, qu’il ilt
 seulement, quand t-il tilera-t-il, un peu ?
-Lis ici, ceci, là, là : " Lit IKÉA, ILT"
-Ces lits qu’ILT, aussi en bleu lys, vu que
 til, ils ne font pas? 
-Pas plus de lits en bleu lys. En jaune, ça oui.
-En jaune lys ?
-Ilt jaune lys, si on veut, et lisse avec ça, voilà.
-En kit, ce lit ILT jaune lys?
-En kit toujours, toujours en kit.
-Hum! En kilt pour assembler ce kit de lit ILT qui til pas, 
 qui ilt, qui ilt encore, et encore, c’est Lili la lisse qui 
 va m'offrir son lys ! 

 

MakesmewonderHum! -

 

 

 

19/08/2011

Et peindre

 

aznavour,art,peinture,poésie,écriture,création,partage,humain

- Jackson Pollock Painting -

 

 

 

Rêver, chercher, apprendre
N'avoir que la peinture et pour maître et pour Dieu
Tendre à la perfection à s'en crever les yeux
Choquer l'ordre établi pour imposer ses vues
Pourfendre

Choisir, saisir, comprendre
Remettre son travail cent fois sur le métier
Souiller la toile vierge et pour mieux la violer
Faire hurler de couleur tous ces espaces nus
Surprendre

Traverser les brouillards de l'imagination
Déguiser le réel de lambeaux d'abstraction
Désenchaîner le trait par mille variations
Tuant les habitudes

Changer, créer, s'astreindre
A briser les structures à jamais révolues
Prendre le contrepied de tout ce qu'on a vu
S'investir dans son oeuvre à coeur et corps perdu
Et peindre.


De peur, de sueur, d'angoisse
Et de doute planté comme un poignard au coeur
Rester cloîtré souffrant d'un étrange langueur
Qui s'estompe parfois mais qui refait bientôt
Surface

Remplir, nourrir la toile
En jouant sur les ombres et les couleurs du temps
Imposer sa vision des choses et des gens
Quitte à être pourtant maudit, aller jusqu'au
Scandale

Capter de son sujet la moindre vibration
Explorer sans relâche et la forme et le fond
Et puis l'oeuvre achevée tout remettre en questions
Déchiré d'inquiétude

Souffrir, maudire, atteindre
Les sommets de son art et de son énergie
Projeter ses démons sur la toile engourdie
Donner à l'objet mort comme un semblant de vie

Et peindre, et peindre, et peindre
Comme on parle et l'on crie

 

- Charles Aznavour -

 

12/08/2011

Bol d'air champêtre

Cadeau de Laure K. que je partage volontiers avec vous, enjoy! Il me semble entendre des rires enfantins dans ses aigrettes offertes au vent de la montagne.

 

IMG01885-20110812-1412.jpg

 

" Quand nous rions, nous nous vidons et le vent passe en nous, remuant portes et fenêtres, introduisant en nous la nuit du vent."

- Paul Eluard -

 

On ne peut me connaître

mains-couple1.jpg

- Photo Eric Boutilier -

 

 

On ne peut me connaître 
Mieux que tu me connais

Tes yeux dans lesquels nous dormons 
Tous les deux 
Ont fait à mes lumières d'homme 
Un sort meilleur qu'aux nuits du monde 

Tes yeux dans lesquels je voyage 
Ont donné aux gestes des routes 
Un sens détaché de la terre

Dans tes yeux ceux qui nous révèlent 
Notre solitude infinie 
Ne sont plus ce qu' ils croyaient être 

On ne peut te connaître 
Mieux que je te connais.

 

- Paul Eluard -

 

 

04/07/2011

La mort, la vie, l'amour

 

J'ai cru pouvoir briser la profondeur de l'immensité
Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
Comme un mort raisonnable qui a su mourir
Un mort non couronné sinon de son néant
Je me suis étendu sur les vagues absurdes
Du poison absorbé par amour de la cendre
La solitude m'a semblé plus vive que le sang


Je voulais désunir la vie
Je voulais partager la mort avec la mort
Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie
Tout effacer qu'il n'y ait rien ni vitre ni buée
Ni rien devant ni rien derrière rien entier
J'avais éliminé le glaçon des mains jointes
J'avais éliminé l'hivernale ossature
Du vœu qui s'annule

Tu es venue le feu s'est alors ranimé
L'ombre a cédé le froid d'en bas s'est étoilé
Et la terre s'est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti léger
Tu es venue la solitude était vaincue
J'avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais démesuré
J'avançais je gagnais de l'espace et du temps

J'allais vers toi j'allais sans fin vers la lumière
La vie avait un corps l'espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
Promettait à l'aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche était mouillée des premières rosées
Le repos ébloui remplaçait la fatigue
Et j'adorais l'amour comme à mes premiers jours.

Les champs sont labourés les usines rayonnent
Et le blé fait son nid dans une houle énorme
La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
Rien n'est simple ni singulier
La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
La forêt donne aux arbres la sécurité
Et les murs des maisons ont une peau commune
Et les routes toujours se croisent.

Les hommes sont faits pour s'entendre
Pour se comprendre pour s'aimer
Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
Ont des enfants sans feu ni lieu
Qui réinventeront les hommes
Et la nature et leur patrie
Celle de tous les hommes
Celle de tous les temps.

 

 

 - Paul Eluard -

 


08/06/2011

Pierre Molinier, autoportrait

artwork_images_423794977_381106_pierre-molinier.jpg

- Photo Pierre Molinier -

 

 

" L'imaginaire, c'est ce qui tend à devenir réel."

- André Breton -

 

 

 

07/06/2011

Extase

11646_man_ray_le_retour_a_la_raison_france_1923_man_ray___cinedoc_2010.jpg

- Photo Man Ray -

 

Je suis devant ce paysage féminin
Comme un enfant devant le feu
Souriant vaguement et les larmes aux yeux
Devant ce paysage où tout remue en moi
Où des miroirs s'embuent où des miroirs s'éclairent
Reflétant deux corps nus saisons contre saisons

J'ai tant de raison de me perdre
Sur cette terre sans chemins et sous ce ciel sans horizon
Belle raison que j'ignorais hier
Et que je n'oublierai jamais
Belles clés des regards clés filles d'elles-mêmes
Devant ce paysage où la nature est mienne
Devant le feu le premier feu
Bonne raison maîtresse
Etoile identifiée
Et sur la terre et sous le ciel hors de mon coeur et dans mon coeur
Second bourgeon première feuille verte
Que la mer couvre de ses ailes
Et le soleil au bout de tout venant de nous

Je suis devant ce paysage féminin
Comme une branche dans le feu.

 

- Paul Eluard -

 


 

23/05/2011

Destin somnolent

C0055.jpg

- Bacchante endormie - Pierre-Philippe Mignot -

 

 

Ma douce dort sur le futon,

Ronde, rose et pleine de rêves.

 

Sa beauté balsamique fleurant l'innocence,

La pulpe des lèvres au goût d'amande fraîche

Et les cascades rousses éployées sur le drap

Me figent dans l'adoration tranquille.

 

Harnachant mon souffle, j'épargne l'instant fragile,

Je liquéfie ma fièvre en sueur acide

Tandis que la mouche bourdonne une ellipse

Troublant le repos de ma douce assoupie;

 

Et je broie l'insecte entre mes pouces,

Gardien du destin somnolent.

 

- Christian Mistral -

 

 

21/05/2011

Ma femme idéale

poésie,peinture,guillaume lajeunesse,blog,rencontre,échange,humain

- Modigliani- Jeune femme aux yeux bleus -

.

 

Ma femme idéale a le silence dans l'oeil,
Silence pudique criant de pureté,
Mais un tambour au coeur d'une gaie rareté;
Un pressentiment de vie ardente et sans deuil.
.
Pourtant, ma promise a un esprit qui s'effeuille
Sitôt qu'on lui lance insultes, impuretés,
Ce jargon vénéneux des grossièretés.
Ma douce a le calme pur peint en trompe-l'oeil.
.
Ma Rêvée mesure le rêve à l'étendue
De son amour pour les hommes; tout uniment,
Elle embrasse, même en pleurs, sa race perdue.
.
Mon Exquise a à fleur de peau des parfums clairs
Que je sens avec le coeur en plein déliement...
Elle me mord au coeur, les yeux en réverbères!
.
.
.
.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    .
 

19/05/2011

A Mokhtar

عيد ميلاد سعيد وعمر مديد      

Aïd miled saïd wa omrone madid

Bon anniversaire et longue vie!

 

derviches t.JPG

 

Rumeurs

 

De bouches à becs, la rumeur scintille

Et charge de ses flux

La dentelle des vagues.

Les feuilles des jours,

Au vent, frétillent.

 

- Mokhtar El Amraoui -

 


12/05/2011

So you want to be a writer

if it doesn't come bursting out of you
in spite of everything,
don't do it.
unless it comes unasked out of your
heart and your mind and your mouth
and your gut,
don't do it.
if you have to sit for hours
staring at your computer screen
or hunched over your
typewriter
searching for words,
don't do it.
if you're doing it for money or
fame,
don't do it.
if you're doing it because you want
women in your bed,
don't do it.
if you have to sit there and
rewrite it again and again,
don't do it.
if it's hard work just thinking about doing it,
don't do it.
if you're trying to write like somebody
else,
forget about it.
if you have to wait for it to roar out of
you,
then wait patiently.
if it never does roar out of you,
do something else.

if you first have to read it to your wife
or your girlfriend or your boyfriend
or your parents or to anybody at all,
you're not ready.

don't be like so many writers,
don't be like so many thousands of
people who call themselves writers,
don't be dull and boring and
pretentious, don't be consumed with self-
love.
the libraries of the world have
yawned themselves to
sleep
over your kind.
don't add to that.
don't do it.
unless it comes out of
your soul like a rocket,
unless being still would
drive you to madness or
suicide or murder,
don't do it.
unless the sun inside you is
burning your gut,
don't do it.

when it is truly time,
and if you have been chosen,
it will do it by
itself and it will keep on doing it
until you die or it dies in you.

there is no other way.

and there never was.

 

- Charles Bukowski -


08/05/2011

Julien Puzenat

1.jpg

 

 J’ai rencontré Julien au pied du lit d’une amie chère à mon cœur. Je sais. C’est pas très bien de fureter et de jeter un œil quand on est invité mais la porte était ouverte et je ne peux résister à une pile de livres où qu’elle soit. Je suis irrémédiablement attirée, c’est plus fort que moi ! Là, chez elle, chez Christian au Bunker ou chez Laurence dans l’île, je ne peux m’empêcher d’y jeter un cil. C’est le tire qui m’a fait tilt, il paraît que c’est ce qui fait un livre, en tout cas ce qui fait qu’on s’y arrête, c’est vrai. Mon amie étant partie avec mon homme cueillir des herbes fraîches en décapotable pour la salade je ne sais où sur le domaine, je me suis installée, tranquille, au soleil, au milieu d’une verdure accueillante et des gazouillis du genre rossignols avec en main l’épine du désir de Julien Puzenat. L’effet fut immédiat, et la piqûre intense. Les mots de Julien m’ont tout de suite percutée. J’ai bondi comme un cabri hors de ma chaise, pas tout à fait longue, vers mon sac de vie, c’est comme cela que j’appelle mon sac à main, toujours plus que plein de tout ce qui me touche et m’importe dans l’existence. Il est particulièrement pantagruélique, plein, de carnets, clefs, photos, bouts de papier, crayons, rouges, parfum, et toujours un livre, en plus, si ce n’est, deux ! J’en extirpe le petit moleskine noir qui ne me quitte jamais pour relever à la hâte quelques phrases ainsi que les références de l’ouvrage palpitant tout chaud entre mes mains. Ni vu, ni connu, je le remets en place, j’ai parfaitement conscience que je transgresse,  je sais que mon amie le sais, je suis une curieuse insatiable mais tout autant respectueuse des choses telles qu’elles sont agencées et de l’ordre de tout à chacun. J’oublie de lui en parler parce qu’on part sur autre chose et surtout présente à ce que je vis, un repas délicieux; entre amis.


J2.jpg


En rentrant dans mon Nord natal, je fais un come back remarqué et glamour avec deux vers du dit Julien, j’apprends alors par mon ami Hervé, le mari de mon amie, un peu plus et même davantage sur ce poète qui m’était jusque là inconnu. Il me met en contact avec sa mère, Carole et là, la magie opère ; nous échangeons quelques mails, et elle m’envoie le recueil tant désiré de son fils mort trop jeune. L’épine continuait ainsi à faire son chemin. Peut-être est-ce là un signe du destin ou un signe de Julien ? Il a toujours, depuis son plus jeune âge écrit des poèmes, pourtant après son décès, on ne retrouvera que cette somme de 36 d’entre eux. Les mots parlent d’eux-mêmes et perdurent au-delà de la mort, c’est là toute leurs forces. L’histoire d’une épine du désir, devenu désir et puis plaisir à partager, à découvrir, à lire et relire.

 

Quelques poèmes tracés de nuit,

Le temps d’un souffle. 

- Julien Puzenat - 

 

Pour rester encore vivant de part ce monde.

 

 

Julien 3.jpg

" Jette les étreintes de crainte

Lorsqu'elles veulent te posséder."

- Julien Puzenat -

 

 

5.jpg

Pénombre et peur,

Les bas quartiers s'habillent de nuit

Non loin de la fenêtre.

Les réverbères jouent la rareté de leurs lueurs,

La lumière aplatie d'un manque d'intensité,

Se perd en halos.

La cité de la pénombre peut se nourrir des étincelles du jour,

Cependant demeure la solitude des ghettos.

Les âmes de chaînes et de haines se déversent

Sur les surfaces glacées par un froid aveugle.

Sexe, violence et rêve d'une nuit trop courte les tiennent,

Au bord de l'éveil d'une force illusoire.

Les cris se perdent, dans les dédales

Et la mémoire des ruelles,

De la cruauté de l'instantané.

 

- Julien Puzenat  -

 


07/05/2011

Le poète

le poète 1.jpg

le poète 2.jpg

- Le poète - Ossip Zadkine -

 

 

" La lumière du poète est la contradiction. La poésie ne requiert pas d’adeptes mais des amants. Elle sème des ronces et des bris de verre pour que les mains qui la cherchent se blessent par amour. "

- Le fait poétique - Lorca -

 


 

03/05/2011

Stella, princesse d'ébène

securedownload.jpeg

- Stella, par elle-même, photographiée par son ami Léon -

 

Sed non satiata

Bizarre déité, brune comme les nuits,
Au parfum mélangé de musc et de havane,
Oeuvre de quelque obi, le Faust de la savane,
Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,

Je préfère au constance, à l'opium, au nuits,
L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane;
Quand vers toi mes désirs partent en caravane,
Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.

Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,
O démon sans pitié! verse-moi moins de flamme;
Je ne suis pas le Styx pour t'embrasser neuf fois,

Hélas! et je ne puis, Mégère libertine,
Pour briser ton courage et te mettre aux abois,
Dans l'enfer de ton lit devenir Proserpine!

 

- Charles Baudelaire -

 

 

 

Stella est une grande amie, elle m’appelle « sa sœur », parce que je le suis, de cœur. Depuis quelques jours empêtrée dans une histoire de fous avec son propriétaire elle vit chez moi en attendant de se retrouver un sweet home bien à elle, et c’est un bonheur que de l’avoir ici au quotidien. Il faut que je vous explique, cette femme là, c’est un soleil ! Elle cuisine comme une diva, danse comme une étoile comme son nom l’indique, a un cœur gros comme ça, adore mes fils qu’elle prend pour ses neveux et qui l’adorent eux aussi en retour, ne manque jamais une occasion de vous offrir un mot gentil et une attention particulière. C’est d’ailleurs comme ça que ce Dimanche matin je me suis retrouvée entre ses mains et sa paire d’yeux qui lui servent tant pour mettre en valeur n’importe quel visage qu’on lui confie, maquilleuse professionnelle elle connait toutes les plus belles filles de cette planète, les plus beaux gars aussi et les plus beaux endroits. Toujours en voyage, elle quadrille le globe avec sa mallette bourrée de fards à paupières, de rouges à lèvres, de poudre, de fonds de teint, de crayons à sourcils, à bouche, à tout ; de crèmes cache-boutons, de crèmes lumières, de crèmes parfumées, d’huiles essentielles, de mascaras, de pinces, de brosses, de peignes, de ciseaux, à l’occasion aussi elle est coiffeuse et elle excelle dans son art, celui de permettre à n’importe quel visage de donner ce qu’il a, sans que ça se voit, nude, naturel, elle vous fait, magicienne, une jolie peau en en tour de pinceau et donne à votre regard un éclat sans pareil et toujours et surtout sans en avoir l’air.

Je l’ai rencontrée il y a maintenant un bail, ici, dans ma bonne vieille ville, elle venait de s’y installer pour faire un break suite à une déception amoureuse, à l’époque elle était parisienne et new-yorkaise en même temps. Nous avons eu l’une pour l’autre une sorte de coup de foudre, et notre amitié ne s’est jamais égarée ni amenuisée, pourtant parfois des mois sans se voir, ni s’écrire, ni se parler. Une évidence, nous sommes de la même famille. On aime franchement tellement rire et deviser ensemble ! Notre dernier fou rire avant celui d’hier remonte à un shooting parisien, elle travaillait alors avec un photographe célèbre, celui du moment pour le Elle, un shooting de dessous et de déshabillés glamour, je vous dis pas les corps de ces dames présentes ! Elle avait prévenu celui dont j’ai oublié le nom que sa sœur viendrait lui déposer un paquet, sa sœur c’était moi bien entendu ! Je vois encore avec tous les détails de la scène la tête du dit photographe quand il m’a vue arriver, il s’attendait à voir une liane féline du genre Naomi, faut dire que Stella, avec sa mère éthiopienne et son père martiniquais, est aussi noire que je suis blanche alors forcément le bougre, il a eu un choc. Je l’avais rassuré par un «  Nous n’avons pas le même père ! » et nous mortes de rire à en faire pipi dans nos culottes. En en parlant ce matin à ma séance V.I.P, on en riait encore !

Voilà, elle m’a bouclée avec son fer à friser, m’a enjolivé le regard avec ses crayons et ses couleurs ton sur ton, m’a redessiné une bouche, m’a rafraichi le portrait, tout ça avec un plaisir évident, un sourire large, et des « Tu es sublime ! » ponctuant ses gestes sûrs et gracieux ! Ensuite on s’est mise toutes les deux aux fourneaux et on a cuisiné en diable un poulet farci à la mode antillaise, une purée comme le faisait ma grand-mère et une petite salade verte assaisonnée à l’ail, au citron vert et à l’huile d’olive du Mas D’Auge qui est à ce jour la meilleure que je connaisse, et pour le dessert une tarte à la banane et au gingembre confit caramélisée fondante et exotique à souhait. On est passé à table heureuses d’une matinée entre filles, ce qui est pour moi franchement inattendu, et pas vraiment comme dans le conte avec les grands ours, je me suis sentie Boucle d’or avec tous ses grands hommes qui peuplent ma maison, d’autant que depuis hier, en plus, le frère de Pat est arrivé pour couler du béton ; parce que non contente d’avoir un balcon, j’ai émis l’hypothèse d’avoir dans le petit patio de notre maison une petite terrasse pour pouvoir profiter des rares rayons quand ils se présentent ce qui du même coup va permettre d'agrandir la cuisine. Boucle d’or, c’est joli, non?

 

 

 

30/04/2011

L'épine du désir

cover-acne-erotisme-thumb-600x4692.jpg

 

" La nuit laisse derrière elle,

Érection du désir

Une tresse pour les caresses.

L'impatience et les jouissances de l'autre

Fumée née naissante se consume déjà

Sur une éternelle perdition.

L'étrange ici ne se comprend pas, il se sent."

 

- Julien Puzenat -

 

23/04/2011

Et un sourire

 

La nuit n'est jamais complète 

Il y a toujours puisque je le dis 

Puisque je l'affirme 

Au bout du chagrin une fenêtre ouverte 

Une fenêtre éclairée 

Il ya toujours un rêve qui veille 

Désir à combler faim à satisfaire 

Un coeur généreux 

Une main tendue une main ouverte 

Des yeux attentifs 

Une vie à se partager. 

 

- Paul Eluard -

 


20/04/2011

Les gens qui doutent


podcast
- Vincent Delerm - Les gens qui doutent - Chanson de Anne Sylvestre -

 

* En prenant le soleil, avec ma liste " chansons françaises", est venue cette chanson, j'ignorais qu'elle était de Anne Sylvestre que j'aimais petite, enfin que maman aimait tant, et quand l'ouvrier à côté s'occupant de l'étanchéité d'un toit s'est mis à siffloter l'air, j'ai compris à quel point la chanson est un moyen d'entrer dans la tête des gens, de parler à leur coeur, et je me suis intérieurement formulée, que cet art est formidable, poètique, émotionel et universel! C'est tellement ce que j'aimerais faire, toucher chacun et qu'on se souvienne de moi, enfin de ce que je tente de dire en me fredonnant quel que soit son état d'âme et ce qu'on est entrain de faire!

 

 

17/04/2011

Si j'étais un arbre...

w93ri7pf.jpg

 

 

16/04/2011

Félix Leclerc

L'auteur d'Un petit bonheur.

 

 

15/04/2011

Le petit bonheur