Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2013

Drôle de rencontre

Extrait de journal: 

- 27 Avril -

Ce matin, la lumière était à couper le souffle. Après un petit déjeuner copieux: ananas frais, melon, banane juste coupée en rondelles, fromage blanc 0%, thé vert de Chine, pain grillé, et différentes confitures toutes plus exotiques et plus déliceuses les unes que les autres, avec vue sur une mer d' huile bleue outremer, j'ai eu une envie irrépressible de plonger dans la piscine qui jouxte la grande terrasse blanche et grise face à une nature sauvage s'étendant jusqu'à l'eau. Sans même réfléchir ni mettre un doigt de pied pour tester la température, je plonge derechef dans le rectangle bleu et goûte avec bonheur la fraîcheur de l'eau du bassin.

Je nage tranquillement seule jouissant du calme et de la légère brise dehors et je me laisse aller, divinement bien. Tout d'un coup je sursaute. Je viens de me télescoper avec un objet non- identifié et visqueux. Je surmonte ma frayeur et me retourne et tombe nez à nez avec une bête pustullée, dans un dégradé de kaki et de brun, deux gros yeux globuleux et des pattes charnues. J'ai un frisson de dégoût qui me parcoure toute entière et je bondis hors de l'eau. Pouah!


Est-ce là, mon prince du jour, tentant de retrouver forme humaine?


IMG_0765_2.jpg

 


01/05/2013

Anse à la barque

Entre Sainte Anne et Saint François, l’Anse-à-la-Barque, mouillage anticyclonique, est un site magnifique. Je viens d'y vivre huit jours de rêve et j'ai vu la Guadeloupe comme je ne l'avais pas encore vue. Nous étions dix. Dix à investir la maison d'hôte d'un couple d'amis commun. Nous ne nous connaissions pas tous et le premier soir nous avons tout de suite pensé au dix petits nègres. Qui allait être le premier à passer à la trappe! La vue de la terrasse de cette maison blanche accrochée à la colline était juste sublime et changeante suivant les différentes lumières du jour. Nous prenions sur une grande table blanche, elle aussi, nos petits déjeuners festifs et pantragruéliques colorés par des grandes assiettes carrées de fruits frais. L'ambiance a toujours été bonne et joyeuse. Nous avions en commun, je crois, le désir que les choses se passent au mieux et aussi l'envie de passer du bon temps ensemble. Nous étions tous là pour nous détendre. L'air de la mer, la chaleur, la beauté des paysages, l'ambiance particulière qui se dégage de cette vie insulaire, le rythme qui change, le goût de se laisser faire et puis l'extrême gentillesse de nos hôtes ont donné le ton. Ce fut une semaine bleue à foison.

 

IMG_0768_2.JPG

IMG_0738_2.JPG

IMG_1766.JPG

 

 JB, notre hôte est un organisateur hors-pair. Il nous a concoté très vite un programme au poil pour nous faire découvrir les trésors du coin. Chaque jour a eu son lot d'émotions et de découvertes. Arrivés en fin de journée Samedi, nous étions déjà en pleine action le lendemain au coeur du marché local de St François. Quelle ambiance! Quittant un Nord froid et gris, se retrouver en si peu de temps plongée dans un tableau aux mille couleurs toutes plus vives les unes que les autres, au milieu de " Qu'est ce que tu veux doudou?" avec l'accent créole et des étals de fruits et légumes débordants d'exotisme est on ne peut plus stimulant pour l'esprit et l'imaginaire. Les petits boudins et les gratins de chistophines dans leurs barquettes alu chez le boucher-traiteur à l'angle de la place avec son affichette très drôle sur le paiement comptant, les dizaines de bouteilles de rhum arrangé rangées bien gentiment sur une toile cirée à l'entrée du marché (on les a tous goûtés), les carioles d'ananas frais, la marchande de fleurs qui fait rêver avec ces bouquets atypiques nous ont tous plongés dans l'ambiance et c'est en très peu de temps qu'on s'est tropicalisé!

 

IMG_2309.jpg

IMG_2306.JPG

IMG_2308.jpg

 

Le temps est changeant sous les Tropiques, et souvent il tourne passant d'un soleil de plomb à une pluie diluvienne en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Les premiers jours furent plutôt couverts et mouillés avec quelques belles pointes de soleil fort, mais le tout premier jour ressemblait plutôt au temps qu'on a sur la côte bretonne, pas étonnant qu'ils soient si nombreux dans le coin: les bretons. D'ailleurs La Pointe des châteaux, péninsule située à l'extrême Est de l'île de Grande-Terre, à quelques kilométres de St François, large bande littorale balayée par des vents souvent violents, fait tout de suite penser à la Bretagne et ses falaises ventées. L'escalade de la "Grande-Croix" située au sommet de la Pointe des Châteaux offre une vue magnifique et c'est le souffle coupé qu'on a pu admirer de là-haut l'île de la Désirade éructant au large de l'océan et qu'on s'est donné des frayeurs en s'approchant du vide avec en bas une mer enragée se fracassant contre les rochers. Là nous est revenu nos dix petits nègres. Hé,hé, comme nous étions tous, c'était pas compliqué!

 

P1000574.jpg

P1000599.JPG

P1000579.jpg

 

J'avais emmené plein de lectures mais je n'ai pas pu tout lire et n'ai ouvert et fini que deux de la dizaine de livres que j'avais emmenée. Lou, histoire d'une femme libre de Françoise Giroud (vous en reparlerai) et surtout Le démon de Selby Jr. qui m'a scotchée. Je n'avais pas été remuée à ce point par une écriture depuis celle de Christian Mistral avec son Valium et son Vautour. Pourtant j'avais déjà lu ce livre il ya plus de vingt ans mais n'en avais pas gardé de souvenir marquant. Il faut dire que je n'étais pas tout à fait la même non plus, que depuis j'ai changé et suis plus en contact avec moi-même que je ne l'étais. C'est un ami très cher qui me l'avait fait lire. Notre amitié particulière nous permettait à l'époque de beaucoup partager et de frissonner ensemble, puis nous nous sommes perdus de vue pendant plus de deux bonnes dizaines d'années et voilà que par les mystérieux hasards de la toile nous nous sommes retrouvés, notre relation intacte a pu reprendre tous ses droits. Il m'a re-parlé de ce livre qu'il m'avait prêté, j'ai eu envie de le re-lire et je n'ai pas été déçue, bien au contraire. J'ai été secouée. Ce vertige éblouissant d'un don Juan moderne, aux prises avec ses obsessions sur le seuil de l'enfer est un véritable chef-d'oeuvre. Lire un ouvrage de cette nature au milieu des cocotiers peut paraître incongru, je le reconnais. Je ne suis pas à une surréalité près!

 

voyage,guadeloupe,art de vivre,amitié,écriture,partage,humain

voyage,guadeloupe,art de vivre,amitié,écriture,partage,humain

 

Beaucoup de choses encore à raconter: Le marché aux poissons, les repas du soir, les Saintes, ma rencontre avec un prince charmant dans l'eau de la piscine, Caro, Kri-kri, le ti punch, la recette des bananes flambées du capitaine du bâteau, Françis, etc... J'en garde un peu pour demain et pour après-demain, le temps de distiller.

En attendant la suite, je vous souhaite à tous un excellent 1er Mai, et vous offre, plus couleur locale, une fleur d'hibiscus à la place du muguet...

 

voyage,guadeloupe,art de vivre,amitié,écriture,partage,humain

 

 

19/04/2013

Voyage

0eb33cb4b39b7456da84e30b76671458_large.jpeg


podcast

- Ibrahim Ferrer -

 

"Comme tout ce qui compte dans la vie, un beau voyage est une œuvre d'art : une création. De la plus humble à la plus haute, la création porte témoignage d'un créateur. Les pays ne sont que ce qu'il est. Ils varient avec ceux qui les parcourent."

- André Suarès -

 

Notre vie est un voyage 
Dans la nuit et dans le vent
Nous trouvons notre passage
À travers espace et temps 
Rien jamais ne nous arrête
Et du soir jusqu'au matin 
Chaque nuit est une fête
Et non pas un songe vain
 



Je pars quelques jours loin, très loin, sur une île, loin de tout. Après toutes ces émotions des jours derniers, ce voyage me paraît un peu surréaliste et en même temps parfait pour prendre de la hauteur, et de la lumière aussi, de le lumière, de la chaleur, de l'appétit. J'aime les voyages, j'aime découvrir, j'aime ne pas savoir, explorer, et goûter à d'autres manières d'être. Et puis j'aime aussi ces parenthèses d'ailleurs qui me permettent de lire et m'invitent à réfléchir et à penser, à m'intérioriser. Attitude bien paradoxale que celle d'aller vers et en même temps aller dedans.

Ces moments sont des privilèges dans la vie plutôt chargée que je mène même si j'ai toujours un pincement au coeur de laisser loin de moi ceux que j'aime, de laisser derrière moi toute cette vie que je construit chaque jour, de vous laisser vous (je pars sans mon ordi).

J'emmène dans mes bagages: Ernaux, Rilke, Lou Andreas-Salomé, Hubert Selby Jr. et son démon, William Blake, Marcelle Sauvageot, L'éternité ou presque (tout petit livre que j'ai ramassé dans une poubelle à Paris avec quelques Fantômette, en sortant d'avoir fait le marché Convention Dimanche matin dernier), Le diable au corps, Lou Histoire d'une femme libre, Une mort esthétique, peut-être aussi Reflets dans un oeil d'homme, je sais pas encore, il y a le problème du poids (23kg, pas plus, j'y ai pas droit), quelques robes légères, des T-shirts, un ou deux shorts, une paire de sandales, deux maillots noirs, un sarouel noir aussi, trois paréos (chacun avec son histoire, chacun provenant d'un pays dîfférent), de quoi écrire, photographier et du vernis pour mes ongles de pieds.
 
A tout bientôt! 
 
 

17/04/2013

Rencontre

pensée du moment,rencontre,échange,blog,écriture,émotion,partage,humain

- Photo Laurence Guez -


 

" Il n'y a rien de plus triste qu'une vie sans hasard."

- Honoré de Balzac -



16/04/2013

Les croque-monsieur de grand-maman


C'était une tradition. A chaque fois qu'elle recevait ses petits-enfants elle leur en faisait une fournée que ça soit tard le Samedi soir quand nous partions après la fermeture de la boutique ou plus tard encore quand nous descendions la voir dans le midi où elle avait sa résidence d'été au milieu des pins et des cyprès et que nous arrivions forcément à pas d'heure. Les enfants impatients dans la voiture, avec leurs "on est bientôt arrivé?" tous les quarts d'heure savaient parfaitement en approchant que leur plat favori les attendait. Néanmoins ils feignaient la surprise. 

- Qu'est-ce que tu nous as préparé ma petite grand-maman chérie?
- Eh bien, devine mon lapin?
- Des croque-monsieur!
- Comment as-tu deviné, tu es magicien?
 
Et là, chaque fois c'était la même fête et tous, petits et grands, se régalaient.
 
Grand-maman est partie et avec elle sa recette des fameux croques. Alors on s'est tous réunis et on a tenté de retrouver le comment de l'affaire, chacun y allant de son couplet et tous avec les mêmes merveilleux souvenirs en tête.

Pour quatre personnes, prendre six tranches de jambon blanc, et couper les tranches en tout petit morceaux (certains d'entre nous pensent que grand-maman les hachaient menues), j'ai opté pour les petits morceaux. Prendre quatre oeufs entiers les casser dans une grande jatte et les mélanger vigoureusement aux petits bouts de jambon. Y ajouter un sachet de gruyère rapé de 250g et un peu de crème fraîche (grand-maman mettait plutôt du lait) pour obtenir un mélange homogène pâteux et surtout pas trop liquide. Y ajouter sel, poivre et une belle pincée de muscade moulue.
Tartiner ce mélange sur plusieurs tartines de pain de mie, au moins deux par personnes, être assez généreux sur la dose pour qu'on sente le moelleux.Ensuite mettre les croques crus sur une plaque au four pendant une bonne dizaine de minutes. 

Pendant que les croque-monsieur dorent, préparer une petite salade verte ou un mesclun un tantinet aillé.

Et voilà, c'est prêt. On peut passer à table et se régaler, se raconter toute nos petites histoires, avec en tête les douces images de ces soirées passées avec elle et son goût de faire plaisir.



07/04/2013

L'amour dure trois ans.

Foutaises!

 

06/04/2013

Toutes les grandes lectures sont une date dans l'existence.*

Je croise cette pensée* d'Alphonse de Lamartine, et une rangée de livres me défilent dans la tête avec en pool position ma première émotion, le tout premier livre qui m'a remuée profond, Le blé en herbe de Colette. Viennent ensuite au rythme des années, Au bonheur des dames, les Fleurs du Mal, L'amant de lady Chatterley, L'éducation setimentale, Le loup des steppes, Rêveuse bourgeoisie, Le docteur Jivago, La correspondance de Flaubert à Louise Collet,  De l'inconvénient d'être né, Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, Par delà le bien et le mal, Derniers poèmes d'amour, La connaissance interdite, L'avenir du drame de l'enfant doué, Lettres à un jeune poète, Valium, Vautour, Fontes, On the road, L'art d'être, Le livre de l'oubli, Coco Chanel. Chacun de ces ouvrages me ramènent à un moment précis de ma vie. Chacun de ces ouvrages a changé le cours de mon existence. Chacun de ces ouvrages est un ancrage. Il y en a d'autres encore sûrement en réfléchissant davantage, mais ce sont les premiers qui me viennent à l'esprit et avec eux un flot d'images, de frissons et de ressentis...

 

04/04/2013

A Lou

600230_3048782716324_1894600584_n.jpg

 

"Je pense à toi à chaque moment de la journée, et mes pensées inquiètes accompagnent tous tes pas. Le moindre souffle sur ton front est un baiser de mes lèvres, et chaque rêve te parle avec ma voix. Mon amour est comme un manteau qui t’enveloppe pour te protéger et te réchauffer."

- Rainer Maria Rilke -

 

01/04/2013

Blog et misanthropie...

Pendant les quinze premières années de ma vie, papa et maman m'ont serinée qu'il fallait aimer les autres, les aimer comme soi-même! Equation compliquée pour quelqu'un qui ne s'aimait pas et qui ne se voyait même pas dans un miroir... Longtemps, et ça m'arrive encore, j'ai vécu dans le regard de l'autre et n'arrivais pas à agir sans me torturer de savoir ce qu'il allait penser de moi. Il m'a fallu batailler sec pour sortir de ça. Me suis brûlée les ailes, ai été manipulée, trompée, flouée, nombreux sont ceux qui viennent boire à la source du besoin que j'avais d'être aimée. J'ai bâti ma vie de couple sur cette sorte de fondation et j'ai oeuvré en pensant plus à mes proches qu'à moi-même.

J'ai mis du temps à comprendre qu'aimer n'était pas ce que je croyais, que ça n'était pas se sacrifier pour l'autre, que ça n'était pas une construction mentale mais un ressenti viscéral. Je me souviens parfaitement le jour où j'ai compris que je n'aimais pas mes enfants mais que je me faisais une idée de ce que devait être l'amour d'une mère. Quel déchirement! Quelle souffrance! Quel tsunami! Soit, j'avais des circonstances atténuantes, ma maman ne m'a jamais aimée, elle-même prisonnière de la même équation, celle qui prouve par a+b qu'on n'est rien sur cette terre. Sa mère lui a transmis, elle me l'a inculquée. Dieu que j'ai souffert de mesurer mon handicap et Dieu que j'ai depuis ce jour rattrapé du terrain.

On ne peut aimer l'autre si on ne s'aime pas. Mais comme c'est difficile de s'aimer quand on ne l'a pas été. J'ai travaillé plus de vingt longues années à récupérer ce possible et je travaille encore chaque jour à le consolider, je sais que c'est tout de même chez moi un peu fragile et que je peux encore m'améliorer. Quand j'ai créé mon blog, pour ouvrir mon espace intellectuel et spirituel et pour voyager au milieu des idées de chacun, je ne pensais pas à tout ce que cette aventure allait changer en moi. On ne peut plus jamais être le ou la même après une expérience comme celle-là.

Je suis passée au cours de ce parcours de presque cinq ans, de la confiance absolue en l'autre, cette sorte d'émerveillement naïf et philanthropique à une misanthropie mesurée. On ne peut aimer tout le monde, ce serait assimilé à n’aimer personne. On ne peut pas non plus être aimé de tout le monde, ça serait ne pas exister, être une chimère, un mythe, un conte de fée. Plus d'une fois j'ai pensé arrêter d'écrire et d'échanger. Tout blogueur sait à quel point cette passion est chronophage comme toutes les passions, mais ce n'est pas la vraie raison. Je me suis sentie devenir de plus en plus libre en apparence, j'avais le sentiment qu'enfin je tenais un moyen pour consolider mon parcours, mon cheminement. Le fait de lâcher ainsi des bouts de moi dans l'espace et ne plus craindre avec le temps les réactions d'autrui, me donnaient de la force, de l'énergie. Et de plus les quelques belles amitiés que j'ai pu y construire m'ont encouragée dans ce processus. Mais finalement suis-je vraiment si libre? Bloguer n'engage-t-il pas? N'est-t-il pas une responsabilité? Ne doit-on pas à nos lecteurs la note quotidienne ou hebdomadaire?

En écrivant il y a peu à Christian, lui demandant s'il n'était pas devenu misanthrope, il m'a posé cette question qui me taraude encore: Mais que sont donc le milliard de Facebookiens et les millions de blogueurs et tous ceux qui sont assis devant leur ordi au lieu de sortir rencontrer leurs semblables en personne?

Cette nouvelle façon de communiquer, de se rencontrer via les mots et les images est-elle  aussi généreuse qu'elle y paraît? Et si bloguer est philanthrope, ne pas bloguer est-il le contraire, donc misanthrope? 

J'aime bien me torturer parfois les méninges. J'aime donner du sens, j'aime creuser et tirer des enseignements des choses, des expériences. J'aimerais bien, aussi, avoir, si possible et si le coeur vous en dit, votre avis, oh que oui...

 

30/03/2013

lettre à un ami

chris falaise.jpg

- Chris Falaise -


Cher Toi,


en parcourant ce matin le web comme je le fais chaque matin depuis presque cinq ans, j'ai encore fait moult découvertes. Tu me connais, je suis insatiable quand il s'agit de m'étonner, de vibrer, de ressentir toutes ces correspondances entre les êtres humains, toutes ces pensées qui interagissent, tout ce grand magma spirituel et artistique, à l'infini. Comment ne pas s'extasier telle une enfant face à une confiserie de toutes ces beautés qui se créent partout sur cette planète, de toutes ces réflexions, ces chemins, cette poésie humaine? Au milieu du fracas, je trouve ça tellement chouette qu'on puisse laisser vivre la beauté et que malgré tout elle transpire.

J'ai démarré ma journée avec Lou Andreas-Salomé, je me suis rendue compte que je ne connaissais rien de cette femme et que je n'avais rien lu d'elle. Il me semble que tu m'en as déjà parlé ou peut-être l'ai-je rêvé? Mes nuits sont tellement pleines. Ne trouves-tu pas la vie de cette femme, sa démarche, son aura magnifiques et inspirantes? Correspondre avec Rilke, Nietzsche, Freud, s'essayer à toutes formes d'expressions artistiques aussi variées, égérie, femme de lettres... Quel destinée tout de même!

En cherchant dans ma bibliothèque, pensant l'avoir, le livre des correspondances entre elle et Rainer, je suis tombée sur une tout autre lecture. Parfois j'aime fureter comme ça entre mes livres et piquer là ceci et relire là celà et m'en nourrir comme on peut le faire d'un plateau repas devant un très bon film. Tiens! A propos de film, hier j'ai revu Le Dîner de cons! Rien à faire, je ne peux m'empêcher de rire une nouvelle fois même si certaines scènes qu'on s'est passées en boucle, souviens-toi, nous faisaient rire l'un et l'autre à hurler et pisser! Le "mais de qui il parle là?" m'arrache des sons bruyants et "le rire de Juste" qu'Huster a un plaisir fou à jouer est juste communicatif à souhait.

" La violence n'est pas notre nature mais la frustration de notre propre nature." Après avoir lu cette phrase, j'ai refermé l'ouvrage et j'ai eu subitement l'envie de t'écrire pour te demander ce que tu en pensais. Entre temps, j'ai croisé cette artiste, Chris Falaise, je t'envoie une image et le lien. C'est tout à fait un genre de peinture que j'aime. Tu me diras.

Là, je file, c'est encore une rude journée qui m'attend. Enfin, je dis rude, mais va savoir, pas forcément. les journées sont rudes pour moi quand l'attente est trop longue et pesante. Quand les gens se pressent dans ma boutique, que les demandes sont multiples et variées m'obligent à m'adapter et à toujours avoir de nouvelles idées. Là, pas de rudesse mais au contraire, un plaisir fou!

Je t'embrasse, cher solitaire. Comme tu as raison. Les gens qu'on aime vraiment sont peu nombreux. Raison de plus pour entretenir cette relation rare et si nourrissante qu'est l'amitié.

A te lire.

Blue



28/03/2013

Écrire

487800_3043319179739_635568818_n.jpg

 
"Écrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit." 

- Marguerite Duras -
 
 

Insomnie

Il fait nuit. Toute la maisonnée dort, ronfle et rêve. J'ai le bout du nez froid. Depuis plus d'une petite heure maintenant je n'arrive plus à dormir alors, plutôt que me tourner et me retourner dans mon lit, je me suis levée et je pense. Je pense et j'écris. La nuit on ne fait rien pareil. On semble plus dégagé des choses matérielles, comme si on était "épuré". C'est le sentiment que j'ai. Avoir les idées claires alors que tout autour tout est si obscur et feutré.

 

27/03/2013

petite musique de nuit

Je n'aime pas faire du mal, je n'aime pas trahir une confiance, je n'aime pas défaire, détruire, descendre, me tromper. Je n'aime pas quand ma folie se pointe, quand je redeviens cette autre en moi, quand le noir efface le bleu, quand mes vieilles peurs, mes vieux travers, mes sourdes angoisses, mes réactions d'enfant refont surface. C'est moins fréquent mais c'est encore présent. La passion dévorante que je mets dans les choses, cet appétit de vivre, de croiser, d'embellir, de partager, de découvrir, de remuer me font oublier la prudence, je fonce, je baisse la garde et je me retouve comme un sotte, une sotte petit grognasse à jalouser, pester, souffrir bêtement, ne pas comprendre et perdre toute contenance. Pas joli, joli!

En peu de jours je suis passée par toutes sortes d'émotions fortes allant du déchirement de la perte subite d'un vieil ami cher, des remous provoqués par la mise en images d'un passé douloureux, de l'aigreur d'une histoire de déconvenue et de la liesse d'une rencontre inattendue et passionnante. J'ai été traversée en même temps par tout ça et j'en ai fait un amalgame qui m'a obstrué la raison. Je n'ai plus écouté mon ange trop tiraillée par mon démon. Et l'aveuglement m'a envahie, l'espace d'une heure ou deux.

Heureusement, la nuit porte conseil. La nuit panse et répare et remet les pendules à l'heure. Ce matin je suis de nouveau Blue, aimante, pleine d'entrain et de rêves dorés avec tout de même, l'estomac, un peu noué...

 

21/03/2013

aparté

C'est quoi au juste, "vivre sa vie"? Cette question me déroute. Peut-on en vivre une autre et ne pas vivre la sienne, ou attendre d'ailleurs ou d'autrui de nous faire vivre vraiment? J'ai longtemps, trop, très, oublié de vivre la mienne sans pour autant ne pas la vivre vraiment, c'est complexe. Alors si ce sentiment de ne pas vivre sa vie, ce sentiment pressant d'être en-deçà assaille, ben faut réagir dare-dare et tenter l'improbable, enfoncer, avancer, se surprendre... Je ne connais rien de meilleur que d'avoir pris des risques. Rien de meilleur non plus que d'en prendre toujours...

 

Carole Melmoux

« Oublier pour vivre et se souvenir pour créer, créer c’est se souvenir c’est puiser dans notre mémoire, c’est se laisser traverser par le passé pour qu’il se taise un peu en nous et qu’il parle en dehors de nous. Créer c’est aussi oublier ce que l’on sait pour laisser s’exprimer l’inespéré. » 

- Carole Melmoux -

 

livre1.jpg

femme3-bmp.jpg

 

vernissageMELMOUXverso_copie.jpg

 

20/03/2013

Le printemps est inexorable*

 

37986_120683034646278_2629781_n.jpg

" J'ai su avec les yeux ouverts plus grandement sur les choses que la vie que nous déployons peut aussi révéler de la joie."

- Odilon Redon - 

 

* Pablo Neruda

 

18/03/2013

nous ne sommes presque rien

 Martha graham in %22 cave of the heeart %22 de noguchi.jpg

- Martha Graham, cave of a heart d'Isamu Noguchi -

 


podcast

- Liane Foly - Nous ne sommes presque rien -

 

17/03/2013

Mode

DSC03421.JPG

- Photo Laurence Guez -


J'ai promis de parler de la Fashion Week. Chose promise... Le métier que j'exerce est loin des podiums, loin des effets de style, loin des longilignes évanescences que je croise, loin de toute cette poudre aux yeux, loin de l'image qu'on renvoit de la femme, loin des magazines, loin des "must have", des "it bags", loin des clichés. Je suis une femme de terrain. 

Je croise des stars, des créatures, des créateurs, des insensés, des beaux parleurs de la matière, des fous dingues achevés du style, du genre, du comment il faudrait être, de l'élégance incarnée. Tout cela m'amuse, me stimule aussi, donne matière à mon roman en cours mais tout cela est loin, mais loin de chez loin de la réalité. C'est normal! On a fait de la mode un art! Sauf qu'en fait la mode n'en est pas un, c'est un art appliqué et c'est à ce moment là qu'elle devient vivante et c'est à ce moment là, qu'elle me plait.

Quand je parle de la Fashion Week, beaucoup s'imaginent sans doute que je me laisse aller aux divagations qu'on me propose, qu'entre deux coupes, je m'enivre au taffetas rose ou à la création hallucinante d'un nouveau tailleur de Karl! Folklore! Mon métier est plus simple et plus compliqué aussi. Je tente de trouver ce qui va pouvoir plaire, va pouvoir seoir, va pouvoir embellir, séduire et convenir à ma cliente future. Je tente d'innover, d'extrapoler ses besoins. J'explore et je m'engage. C'est pas de la blague! C'est du concret. On ne vit pas d'amour et d'eau fraîche, pas vrai?

J'aime ce que je fais, j'aime embellir les femmes, j'aime qu'elle se sentent mieux, qu'elles aient un regard plus doux et plus aimants sur leur corps et qu'elles se permettent d'être comme elles le souhaitent. Je suis récompensée quand elles se plaisent et quand elles se voient belles. Pour moi c'est le rôle du vêtement, permettre à tout à chacun de s'exprimer et d'exister. D'être au mieux. De s'aimer.



15/03/2013

une journée pas ordinaire

On en parle depuis, quoi, deux ou trois ans. Les projets fusent chaque fois que l'on se voit et puis finissent dans un tiroir. Bon, j'allais pas fort ce jour là, des vieilles remontées que je ne peux pas gérer tant elles me submergent, mais je m'y fais, on se fait au meilleur comme au pire, on se fait à la vie, on se façonne avec. Elle m'est rentré dedans avec ses mots et puis a débarqué, caméra au poing.

- Tu sais, je te vois en haut d'un terril!

- Un terril, t'es sûre?

- Ouais! Même que tu cries, que tu as les bras en croix, que t'es rageuse à mort!

- Ah! Oh! Ouch! Et je fais quoi au juste en plus d'éructer?

- Ben... tu ES!

- Ben, OK!

 

La journée, celle qui vient de se passer fut juste comme un rêve... Une séquence troublante et particulièrement émouvante avec ma tasse de thé, une autre, juste incroyable les deux mains dans la terre noire et une troisième séquence digne d'un Tarkovski en mode Anna près de Carvin dans le Pas de Calais où là, je suis montée, j'ai grimpé le bazar et j'ai hurlé au sommet comme je le faisais ado, tout ma rage d'enfant blessé. 


Ahmad Wali